Y COM­BI­NA­TOR LE LA­BO DES START UP À LA RE­CHERCHE DU FU­TUR STEVE JOBS

Nd Fon­dé il y a dix ans en Ca­li­for­nie, cet ac­cé­lé­ra­teur de pro­jets met en contact fon­da­teurs de so­cié­tés high-tech et in­ves­tis­seurs. De­puis, le flair de Y Com­bi­na­tor a fait ses preuves : Airbnb compte par­mi les quelques « bil­lion-dol­lars com­pa­nies » dont

GQ (France) - - Reportage - Ju­lia Pas­cual Dar­cy Padilla

C’est le Graal, la ré­fé­rence mon­diale… On est tous com­plè­te­ment fans. C’est comme si tu ai­mais les voi­tures et qu’on t’of­frait une Fer­ra­ri. C’est ex­cep­tion­nel. » Bru­no Di­dier s’est lais­sé gri­ser. Dans le soleil d’une fin d’après-mi­di ca­li­for­nienne, le Lyon­nais de 28 ans parle de son sen­ti­ment de pri­vi­lège tout en ma­ni­fes­tant les signes de ce­lui que l’amé­rique a dé­jà adop­té : le look casual, les bar­ba­rismes, le tu­toie­ment, la cor­dia­li­té en­jouée face à son in­ter­lo­cu­teur qu’il connaît de­puis moins d’une mi­nute. Et pas n’im­porte quelle Amé­rique : celle des suc­cess sto­ries ful­gu­rantes, du culte de l’en­tre­pre­neu­riat. Celle de la Si­li­con Val­ley, où règne « l’ef­fet Fer­ra­ri » dont parle Bru­no Di­dier, seul di­ri­geant fran­çais à avoir été re­te­nu par Y Com­bi­na­tor par­mi 5 500 can­di­da­tures du monde en­tier. Cet in­gé­nieur in­for­ma­tique s’était dé­jà fro–é deux fois à l’uni­vers des start-up comme di­rec­teur tech­nique, no­tam­ment en Ca­li­for­nie. « La der­nière fai­sait de la li­vrai­son de re­pas aux en­tre­prises. Ici, dans la Si­li­con Val­ley, toutes les boîtes nour­rissent leurs em­ployés. Ça m’a don­né l’idée de Tra­ckin », une so­lu­tion lo­gi­cielle pour op­ti­mi­ser les ser­vices de li­vrai­son : dis­patch au­to­ma­ti­sé des li­vreurs, sui­vi des courses en temps réel par le ma­na­ger et le client, choix du meilleur iti­né­raire… Nous sommes fin mars, à Moun­tain View, au coeur de la Mecque de la high-tech, tra­ver­sée par l’au­to­route 101. C’est dans ce–e ville que la pre­mière en­tre­prise de se­mi­con­duc­teurs en si­li­cium s’est im­plan­tée, dans les an­nées 1950. Mais si on ne pousse pas la ber­line jus­qu’aux sièges de Google, Lin­kedin ou Mo­zilla, on ne risque pas d’être sub­ju­gué par le dé­cor : des al­lées résidentielles à la Des­pe­rate Hou­se­wives – sauf qu’elles abritent plus d’in­gé­nieurs que de braves plom­biers –, des routes propre–es, des arbres im­menses, des Ta­co Bell et autres Star­bucks es­sai­més au gré de car­re­fours ano­nymes. Le siège de la so­cié­té Y Com­bi­na­tor est ni­ché là, plus ano­nyme en­core, dans une rue au nom qui ré­sonne comme une in­vi­ta­tion, Pio­neer Way. C’est de­vant cet édi­fice de plain-pied aux portes vi­trées que nous ac­cueille Bru­no Di­dier. Il fait vi­si­ter les lieux – consti­tués, pour l’es­sen­tiel, d’une grande salle de confé­rence et de pe­tits bu­reaux – comme s’il était

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.