FOL­LO­WERS CA­RA DE­LE­VINGNE + Pu­bli­ca­tions KAR­LIE KLOSS +

LA DÉ­LU­RÉE LE PHÉ­NO­MÈNE “INS­TA­GIRLS” LA HEAL­THY

GQ (France) - - Decryptafe -

don­nées éco­no­miques », constate Stéphane Hu­gon, so­cio­logue au Centre d’étude sur l’ac­tuel et le quo­ti­dien. De­puis quelques an­nées, Ins­ta­gram (et ses 300 mil­lions d’uti­li­sa­teurs ac­tifs) est de­ve­nu une vi­trine pour les marques haut de gamme. Un rac­cour­ci vers un pu­blic jeune et dif­fi­cile à tou­cher. « Avant, les clientes ache­taient des ma­ga­zines. Au­jourd’hui, une fille qui n’en a ja­mais ou­vert un va quand même s’of­frir un sac Bal­main parce qu’elle au­ra vu une photo de Ken­dall qui le por­tait », ana­lyse Oli­vier Ni­ck­laus. « Avec Ken­dall, les ventes d’estée Lauder ont ex­plo­sé. La marque avait une image vieillis­sante et elle lui a per­mis de la ra­jeu­nir. Elle a aus­si ap­por­té son cô­té luxe, puis­qu’elle re­pré­sente la jeu­nesse do­rée », ex­plique Ju­lie Mu­rat, web edi­tor à l’agence Elite. Quelques jours après l’an­nonce de ce¢e col­la­bo­ra­tion, le compte Ins­ta­gram du fa­bri­cant de cos­mé­tiques ga­gnait 50 000 abon­nés. « Ces filles com­binent de ma­nière in­édite beau­té plas­tique, conte­nu dra­ma­tur­gique et re­la­tion avec une com­mu­nau­té », constate Stéphane Hu­gon. Un tier­cé ga­gnant semble-t-il, puisque « Ca­ra De­le­vingne est payée deux fois le prix du marché », d’après Ju­lie Mu­rat. « Quels que soient les moyens par les­quels elles ont ac­quis leur no­to­rié­té, même les mai­sons les plus pres­ti­gieuses se disent :

Bo­ring, ca­chée de Mar­go,

Avec ses fol­lo­wers, Ken­dall Jen­ner veut bien par­ta­ger son in­ti­mi­té jus­qu’à un cer­tain point... Top et short Cal­vin Klein Jeans Cu­lotte Eres Bra­ce­let et bague Car­tier Draps Cal­vin Klein Home

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.