EST-IL CONVE­NABLE DE POR­TER DES CHAUS­SONS DE BAI­GNADE ?

1

GQ (France) - - Style Academie -

Plage de sable ou de ga­lets, peu nous im­porte. Il est in­con­ce­vable qu’un homme de style fasse son en­trée dans l’eau au­tre­ment que pieds nus. Pas­sé l’âge de rai­son (7 ans donc), rien ne pour­ra jus­ti­fier à nos yeux le port de san­dales en plas­tique. Pour les plus douillets d’entre vous, mieux vaut en­core se te­nir éloi­gné des ro­chers. Quant à ceux qui vou­draient se prendre pour un dau­phin et ex­plo­rer les fonds ma­rins, ils tien­dront leurs palmes à la main. Al­lez, plouf !

À par­tir du mo­ment où por­ter une veste sur une che­mise ne tombe plus sous le joug du rè­gle­ment in­té­rieur de l’en­tre­prise, il nous pa­raît to­ta­le­ment in­utile de re­pas­ser quoi que ce soit. Et plus pré­ci­sé­ment le col de votre che­mise que nous vous sou­hai­tons tou­jours mal fi­chu. Là n’est pas la ques­tion. Seule­ment, il nous est ap­pa­ru que les lieux où l’on consomme qua­si ex­clu­si­ve­ment du ca­fé sont des « no-go zones », des en­droits peu fré­quen­tables pour le gent­le­man qui en vous poé­tise. Admeez donc que les ma­chines à ca­fé d’en­tre­prise et les en­seignes spé­cia­li­sées dans la vente à em­por­ter de bois­sons chaudes ne sont pas les lieux saints du co­ol. Pour vous et moi, c’est un fi­let à che­veux qui per­met aux ma­mies de main­te­nir leur mise en plis la nuit. Pour le reste du monde, cet ac­ces­soire re­pré­sente à lui seul un grand mo­ment de la « thug culture » is­sue des gheos noir-amé­ri­cains. De fi­chu d’es­clave, le du-rag est de­ve­nu ban­deau de pi­rate pour caïds des quar­tiers dif­fi­ciles, puis coiffe of­fi­cielle des mil­lion­naires du hip-hop (Emi­nem, 50 Cent). Au­jourd’hui, il re­sur­git sur la tête de Lu­cious Lyon dans la série Em­pire ou dans quelques dé­fi­lés de mode. Le style est cee drôle de jus­tice des hommes qui tou­jours rend ses leres de no­blesse aux hu­mi­lia­tions pas­sées. Dans le cas pré­sent, blancs s’abs­te­nir. Si la plaie est sé­rieuse, faites-vous plaindre. Si elle n’est que su­per­fi­cielle, elle pique for­te­ment mais per­sonne ne doit vous voir en souf­frir. Dans tous les cas, trou­vez un moyen pour fuir ce fé­lin au plus vite ! Dans l’ab­so­lu, au­cun. Le geste vous ho­nore, même. Mais sa­chez qu’aux yeux de cer­tains es­prits mal­in­ten­tion­nés, vous pas­se­rez pour un al­coo­lique qui a be­soin de ra­fraî­chir une ha­leine char­gée.

Les fentes ar­rière de votre veste sont cou­sues.

As­sis, vos chaussees dé­voilent en par­tie la pi­lo­si­té de vos mol­lets.

La mon­ture de vos lunees est in­vi­sible.

Sur la terre ferme, comme à l’abri du soleil, votre col de po­lo est re­le­vé.

Vos la­cets de bas­kets ne sont pas faits et traînent au fond de votre chaus­sure.

Vous êtes fier de por­ter des chaussees rouges avec votre cos­tume ma­rine ou gris.

Le dé­col­le­té de votre T-shirt est tout par­ti­cu­liè­re­ment échan­cré. Votre cage tho­ra­cique est vi­sible. Vos tra­pèzes aus­si. 8. Une forte ten­sion s’exerce dans vos dif­fé­rentes bou­ton­nières. 9. À l’abri du soleil, vous por­tez tou­jours des lunees de soleil. 10. Dans votre dos, on s’amuse de votre « sou­rire de plom­bier ».

« Si l’on veut se rendre compte de l’em­poi­son­ne­ment des âmes per­tur­bées par les grands ma­ga­sins, il faut se te­nir à la porte de l’un de ces en­tre­pôts du Mal, le jour

d’une grande ex­po­si­tion de blanc.nd »

Ce point vaut pour tous les libres-ser­vices de vé­los en lo­ca­tion exis­tant en France. Trois écoles se dis­tinguent. La pire est consti­tuée des per­sonnes qui ne sont ja­mais dans l’ali­gne­ment et bourrent pour que la fiche mâle se fourre dans la borne dis­po­nible. Une autre, plus re­com­man­dable, re­groupe les mecs qui se tirent sans a‘endre le si­gnal so­nore in­di­quant que tout est en règle ou qui s’éloignent à pe­tits pas, l’oreille a‘en­tive. La der­nière ras­semble ceux qui a‘endent que sur­vienne ce‘e étape. C’est à ce‘e po­pu­la­tion que nous adres­sons notre sou­tien. Mais pour res­ter sty­lé, ne pa­tien­tez pas men­ton bais­sé, les mains sur les hanches. Par pi­tié, tout mais pas ça !

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

Maillot de bain Char­lie by Mat­thew Zink 198 € Cha­peau Stet­son 79 € Bra­ce­lets Car­tier

Veste Za­ra 49,95 € T-shirt Cal­vin Klein Un­der­wear 40 € Pan­ta­lon 63 € et cein­ture 45 € Ba­na­na Re­pu­blic Bra­ce­let Mian­sai 68 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.