LES AI­GUILLES DU CIEL

Conçues à l’ori­gine pour les pi­lotes, les montres d’avia­teurs ont conser­vé leurs ca­rac­té­ris­tiques his­to­riques : boî­tiers aux di­men­sions gé­né­reuses et li­si­bi­li­té op­ti­mi­sée de jour comme de nuit. Même si elles ne servent plus d’ins­tru­ments de vol, elles re

GQ (France) - - Montres - Ni­co­las Sa­lo­mon

Quand je se­rai grand, je se­rai pi­lote. » Avant même de sa­voir qu’il y a des hô­tesses de l’air, nous gran­dis­sons avec l’idée qu’il n’existe pas de meilleur job que voya­ger. Pour ceux qui, tous les ma­tins, en­filent une che­mise‹e blanche à épaule‹es, les hor­lo­gers ont conçu une série de mo­dèles dé­diés, com­mu­né­ment ap­pe­lées « montres avia­teur ». Quelles sont les ca­rac­té­ris­tiques du genre ? La pre­mière tient sou­vent aux fu­seaux ho­raires. La Terre étant dé­cou­pée comme une orange, à chaque quar­tier, son heure, voire sa de­mi-heure. Au to­tal, près d’une qua­ran­taine de fu­seaux sont ré­per­to­riés sur Terre. La se­conde tient da­van­tage à l’his­toire même de l’avia­tion. Pas fa­cile en ef­fet de voir l’heure em­mi­tou­flé dans un bom­bar­dier, avec un manche trem­blant entre les mains, les lune‹es ar­ro­sées d’huile et foue‹ées par le vent. À leur de­mande, les hor­lo­gers avaient ja­dis trou­vé un double re­mède. Le pre­mier est d’aug­men­ter sin­gu­liè­re­ment la taille du ca­dran, des chiffres et des ai­guilles, pour rendre la lec­ture à peu près pos­sible. La se­conde était de chan­ger l’em­pla­ce­ment de la montre en la po­si­tion­nant sur la cuisse. San­glée d’une large cein­ture de cuir ri­ve­tée, tel un gar­rot, l’hor­loge de cuis­sot perme‹ait d’un seul coup d’oeil d’an­ti­ci­per une pro­bable panne d’es­sence, dû à une jauge sou­vent ca­pri­cieuse. Puis, au fil des pro­grès aé­ro­nau­tiques, les cock­pits ont per­mis aux pi­lotes de faire pas­ser les montres au­tour des blou­sons, ce qui perme‹ait de di­mi­nuer la taille des bra­ce­lets et le dia­mètre des ca­drans.

An­ciens contre mo­dernes Pour au­tant, comme pour les montres de plon­gée, la taille des mo­dèles et le style en res­tent ins­pi­rés. La plu­part vont donc au-de­là de 40 mm, cer­taines conservent un large bra­ce­let de cuir ri­ve­té, des ai­guilles sur­di­men­sion­nées et des in­dex gour­mands. « Blé­riot a tra­ver­sé la Manche en 1909 avec une Zé­nith, ex­plique Ar­naud Vi­dal, de Zé­nith France. Nous avons de­puis gar­dé L’ADN de ce type de montres presque in­tact, car les fans d’avia­teurs tiennent ab­so­lu­ment au main­tien de ces codes. Au­jourd’hui en­core, nombre de pi­lotes ci­vils nous choi­sissent, parce que ce nous sommes res­tés fi­dèles aux ca­nons du genre. » D’autres fa­bri­cants pa­rient au contraire sur une re­fonte to­tale du genre. Voyons donc de quoi se com­pose ce‹e vé­ri­table es­ca­drille hor­lo­gère.

On fête ce e an­née les 40 ans de ce e montre qui sau­va la vie des as­tro­nautes de la cap­sule Apol­lo XII, dont le ré­ser­voir d’oxy­gène ex­plo­sa au beau mi­lieu de leur mis­sion. Dia­mètre : 42 mm Étan­chéi­té : 50 m Prix : 6 000 € Le triangle in­dique l’heure du

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.