Oys­ter Ch­ro­no­graph Daytona

GQ (France) - - Montres -

My­thique, elle doit son nom à la cé­lèbre

course se dé­rou­lant sur la large plage du même nom si­tuée en Flo­ride. Son sable

lisse et com­pac­té at­ti­ra, dès 1900, les pre­miers re­cords de vi­tesse du monde.

L’épreuve se dé­pla­ça de quelques ki­lo­mètres, au dé­but des an­nées 1960, pour s’ins­tal­ler sur un an­neau de vi­tesse bé­ton­né et de­vint la plus fa­meuse course

d’en­du­rance des États-unis. C’est à la de­mande du marché amé­ri­cain que Ro­lex at­tri­bua ce nom à son cé­lèbre ch­ro­no­graphe. Paul New­man tom­ba amou­reux du mo­dèle qu’il por­ta toute

sa vie en course et sur les pla­teaux. Il don­na même son nom à une gamme (dont l’em­blé­ma­tique ref. 6263). Dans les an­nées 1990, la ver­sion acier fit l’ob­jet d’une folle quête. Qua­si in­dis­po­nible à la vente, sa ra­re­té lui va­lait un prix de re­vente en oc­ca­sion deux fois su­pé­rieur au neuf. Cette nou­velle ver­sion a bé­né­fi­cié des der­niers ca­libres dé­ve­lop­pés par Ro­lex. Tou­jours plus pré­cise, bé­né­fi­ciant d’une meilleure ré­serve de marche, la montre garde une cote d’amour so­lide chez

tous les col­lec­tion­neurs.

• Dia­mètre 43 mm • prix 5 170 € • Dia­mètre 40 mm

• prix 10 450 € en acier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.