UN STYLE TOU­JOURS PER­TI­NENT

GQ (France) - - Lettres -

Entre 2002 et 2004, le temps de deux al­bums in­ou­bliables, les Li­ber­tines ont im­po­sé leur sil­houette fi­li­forme et sexy et leur im­per­ti­nence toute bri­tish. Vestes mi­li­taires à la Beatles, cra­vates dé­cen­trées et cha­peaux, sous l’in­fluence d’he­di Sli­mane alors en état de grâce chez Dior Homme. Al­lié à des pres­ta­tions dé­jan­tées et des tubes ga­rage poé­tiques, le style du qua­tuor fait mouche. Quinze ans plus tard, ils n’ont pas ré­vo­lu­tion­né leur dres­sing, ça tombe bien, le slim est tou­jours à la mode. Et la « re­nais­sance in­es­pé­rée » dont nous parle au­jourd’hui le gui­ta­riste Carl Ba­rât (37 ans) est loin d’être hon­teuse. Même avec des ki­los en plus et des che­veux gri­son­nants, Pete Do­her­ty (36 ans) reste cha­ris­ma­tique.

DES CAR­RIÈRES SO­LO CRÉ­DIBLES

S’il est connu pour ses frasques, Do­her­ty est sur­tout un song­wri­ter sur­doué. La France aime Pete, qui le lui rend bien. Il tourne même avec Char­lotte Gains­bourg dans La Confes­sion d’un en­fant du siècle en 2012. Pa­ral­lè­le­ment, il ca­pi­ta­lise sur la gloire des Li­ber­tines, en sor­tant trois al­bums avec son nou­veau groupe Ba­by­shambles, et un en so­lo. Moins ta­pa­geur, Carl Ba­rât a mon­té les Dir­ty Pret­ty Things et a mul­ti­plié les col­la­bo­ra­tions de part et d’autre de la Manche (The Di­vine Co­me­dy, Va­nes­sa Pa­ra­dis). Dé­but 2015, il sor­tait un al­bum avec une nou­velle for­ma­tion, The Ja­ckals. Sa ré­con­ci­lia­tion avec son pote Pete est une grande nou­velle.

Chauds sur scène, Carl et Pete à leurs dé­buts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.