LE RÉ­SEAU DES AN­CIENS

GQ (France) - - Lettres -

Si le PAF voit triom­pher la jeu­nesse, les pa­pys pro­longent leur car­rière grâce à des ré­seaux d’in­fluence en­tre­te­nus de (très) longue date.

À 72 ans, Oli­vier Ma­ze­rolle suc­cède à Jean‑michel Apha­tie pour la sa­cro‑sainte in­ter­view de la ma­ti­nale sur RTL. Il a si­gné pour deux ans, et de­vrait donc être en poste pour la pré­si­den­tielle en 2017. L’idée est ve­nue de Ch­ris­to­pher Bal­del­li, le pré­sident du di­rec­toire de la sta­tion. Les deux hommes se connaissent de­puis quinze ans, lors­qu’ils étaient di­rec­teurs gé­né­raux ad­joints de France 2 et sont res­tés très proches : Bal­del­li a consul­té Ma­ze­rolle avant de prendre la tête de RTL, à l’été 2009. Le re­ve­nant compte élar­gir son cas­ting d’in­vi­tés à l’éco­no­mie ou à des té­moins ano­nymes, et adop­ter un ton à re­bours de l’agres­si­vi­té am­biante : « On peut po­ser des ques­tions sans être vin­di­ca­tif, et sans prendre son in­ter­lo­cu­teur pour un dé­lin­quant », jus­ti­fie‑t‑il. Dans ses ré­seaux, il compte aus­si Ber­nard Ta­pie, et il conti­nue d’écrire pour La Pro­vence, après en avoir été le di­rec­teur de la ré­dac­tion de mars 2013 à oc­tobre 2014. Par­mi les jour­na­listes qu’il a mis en place, il y a Da­vid Pu­ja­das, sur France 2, ou Her­vé Bé­roud, di­rec­teur de l’information sur BFM TV, qu’il avait en­ga­gé à RTL. C’est à BFM que Ma­ze­rolle a aus­si croi­sé Tho­mas Sot­to, an­chor­man de la ma­ti­nale d’eu­rope 1 : les deux hommes sont res­tés de fi­dèles amis. Jean-michel Apha­tie, 56 ans, d’une gé­né­ra­tion plus jeune, a trou­vé re­fuge sur Eu­rope 1 pour la tranche de la mi‑jour­née et re­trouve le di­rec­teur de la ré­dac­tion Ni­co­las Es­cou­lan, an­cien ré­dac­teur en chef du « Grand Jour­nal » avec qui il était res­té en contact. L’in­ter­view ma­ti­nale de la sta­tion reste en re­vanche la chasse gar­dée de Jean-pierre El­kab­bach, 78 ans, en poste de­puis 1996 après avoir été dé­bar­qué de la pré­si­dence de France Té­lé­vi­sions. Em­bau­ché sous la di­rec­tion de Jé­rôme Bel­lay, il est l’un des très proches de Ram­zi Khi­roun, le puis­sant conseiller d’ar­naud Lagardère et an­cien de la team rap­pro­chée de DSK. C’est en com­pa­gnie de Ram­zi Khi­roun que Jean‑pierre El­kab­bach a dé­jeu­né en avril der­nier avec Fran­çois Hol­lande. Les deux hommes avaient dé­jà né­go­cié en­semble une in­ter­view de Vla­di­mir Pou­tine en juin 2014. L’ombre de JPE a aus­si pla­né sur la no­mi­na­tion d’em­ma­nuel Kess­ler, « son » can­di­dat à la pré­si­dence de Pu­blic Sé­nat, la chaîne qu’il a fon­dée et di­ri­gée de 1999 à 2009. C’est là qu’il a fait dé­bu­ter Léa Sa­la­mé, dé­sor­mais va­leur sûre du PAF.

Jean‑pierre El­kab­bach a dé­bu­té sa car­rière en 1961.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.