Le boom du whis­ky ter­roir des fren­chies forts en malt

On connais­sait le re­nou­veau de la bière via les mi­cro­bras­se­ries, voi­ci ve­nir le whis­ky is­su des mi­cro­dis­til­le­ries, dites « craft-dis­til­le­ries ». De­puis dix ans, une poi­gnée de néoar­ti­sans fran­çais fait des mer­veilles avec l’alam­bic, par amour pour la liq

GQ (France) - - Plaisirs -

après l’ex­plo­sion des mi­cro­bras­se­ries, pas­sées de 50 à plus de 700 entre 2004 et 2015, les dis­til­le­ries ar­ti­sa­nales (dites craft-dis­til­le­ries), suivent le même che­min. Des quan­ti­tés li­mi­tées, un sa­voir-faire ori­gi­nal et une éti­quette made in France : la re­cette est ef­fi­cace. Et les craft-dis­til­la­teurs l’ont adop­tée. Il y a dix ans, il exis­tait 5 mi­cro­dis­til­le­ries de whis­ky dans l’hexa­gone. Elles sont au­jourd’hui 30, et elles pour­raient dou­bler d’ici à cinq ans. Por­tée par des ama­teurs sen­sibles à la di­men­sion lo­ca­vore, cette ten­dance ali­mente la re­nais­sance des bars à cock­tails. Les néoar­ti­sans de l’or brun re­nou­vellent le goût d’un spi­ri­tueux jusque-là sy­no­nyme de mas­to­dontes amé­ri­cains, écos­sais, voire ja­po­nais. Et concur­rencent les mi­cro­dis­til­le­ries dé­jà éta­blies outre-manche. Leur sin­gu­la­ri­té ? Une grande di­ver­si­té. Bien qu’ils fassent tous une eau-de-vie de cé­réales (orge, seigle, maïs, blé) avec des alam­bics à dis­tilla­tion conti­nue ou à re­passe – le tout vieilli au moins trois ans dans des ex-fûts de bour­bon, de xé­rès ou de sau­ternes –, au­cun mi­cro­dis­til­la­teur ne se res­semble. Il y a des spé­cia­listes d’eaux-de-vie de fruits ou des bras­se­ries qui élar­gissent leur pa­lette, des hé­ri­tiers de l’alam­bic am­bu­lant du grand-père qui se sont sé­den­ta­ri­sés et, enfin, ceux, sor­tis de nulle part, qui partent d’une feuille blanche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.