Qa­tar in­tem­po­rel

Per­ché sur la pé­nin­sule ara­bique, le Qa­tar se­rait-il le nou­veau place-to-be du Moyen-orient ? Le pays ne se li­mite pas à ses beaux pay­sages : on y trouve une pléiade de choses à faire, toutes plus ex­ci­tantes les unes que les autres, et toutes à por­tée de

GQ (France) - - Gq Promotion -

Quand on songe au luxe moyen-orien­tal, c’est avant tout Du­baï qui vient à l’es­prit. Avec ses mil­liers de nou­veaux ar­ri­vants chaque an­née, cette ci­té hy­per-mo­derne, vé­ri­table vi­trine des Émi­rats arabes unis, semble vivre une mue in­ter­rom­pue, ten­due vers un seul ob­jec­tif : la construc­tion des ins­tal­la­tions de l’ex­po­si­tion uni­ver­selle de 2020. Mais de l’autre cô­té du golfe Per­sique, on tombe sur le voi­sin des Émi­rats, le Qa­tar, qui donne sur sa côte ouest sur le golfe de Bah­reïn. On ré­sume trop sou­vent le pays à une des­ti­na­tion stric­te­ment bu­si­ness (et à la Coupe du monde de foot­ball qui s’y tien­dra en 2022) : pour­tant, ce pe­tit État du golfe cache bien des tré­sors. Si vous vous de­man­dez quelle se­ra la pro­chaine vil­lé­gia­ture en vogue, sa­chez que le Qa­tar vous at­tend, fort de cinq ca­rac­té­ris­tiques in­dis­pen­sables au sé­jour par­fait. Du so­leil toute l’an­née ? Check. Des plages tout le long des côtes ? Check. Des lieux cultu­rels, des mu­sées et des hô­tels haut de gamme ? Check, check et re-check. Une fois votre avion po­sé sur les pistes de l’aé­ro­port In­ter­na­tio­nal Ha­mad de Do­ha – un lieu d’un luxe dé­jà in­dé­niable –, as­su­rez-vous de contem­pler la vue sur la ca­pi­tale qa­ta­rie, Do­ha. Des gratte-ciel où siègent des com­plexes fi­nan­ciers en­tourent les souks ré­no­vés de la vieille ville. Et pour bien ad­mi­rer la sky­line de la mé­tro­pole, ren­dez-vous au port pour em­bar­quer sur un boutre, ou dhow boat, un de ces voi­liers tra­di­tion­nels arabes. Ce contraste entre mo­der­ni­té et pa­tri­moine his­to­rique se res­sent aus­si dans de nom­breux hô­tels de Do­ha (lire ci-contre) et jusque dans le dé­sert, où l’hos­pi­ta­li­té an­ces­trale co­ha­bite se­rei­ne­ment avec une so­phis­ti­ca­tion toute cos­mo­po­lite. S’il fait donc beau toute l’an­née au Qa­tar,

c’est entre no­vembre et mars qu’il est re­com­man­dé de vi­si­ter ce pe­tit bi­jou du Moyen-orient : l’hu­mi­di­té es­ti­vale au­ra dis­pa­ru (ou ne se­ra pas en­core re­ve­nue) et dans le dé­sert le so­leil ne se mon­tre­ra pas en­core to­ta­le­ment im­pi­toyable car il ne brille­ra pas trop haut dans le ciel. Les tem­pé­ra­tures s’éta­le­ront entre 25 et 35 de­grés en­vi­ron. Une cer­taine dé­cence ves­ti­men­taire est évi­dem­ment exi­gée, pour des rai­sons cultu­relles et mé­téo­ro­lo­giques : si vous êtes sur la plage pri­vée de l’hô­tel, vous pou­vez res­ter en te­nue de bain, mais si vous sor­tez, vous de­vrez vous cou­vrir les bras, la tête, les épaules et les ge­noux. La sky­line de Do­ha a beau être épous­tou­flante, elle ne re­pré­sente que la fa­cette high-tech du Qa­tar. Pour ap­pré­cier la di­men­sion plus his­to­rique du pays, pre­nez plu­tôt la route des dunes de sable. Sur­tout ne man­quez pas la mer in­té­rieure (Khor Al-adaid en arabe), si­tuée à 80 ki­lo­mètres au sud-est de la ca­pi­tale. Elle par­tage une fron­tière avec l’ara­bie saou­dite et doit son nom à l’eau de mer qu’on a pu trou­ver entre ses dunes on­du­lantes. Son ri­vage, qui s’ap­pa­rente à ce­lui d’un lac,

est idéal pour sa­vou­rer un bon bar­be­cue après une jour­née de sa­fa­ri. C’est éga­le­ment un ex­cellent spot pour pra­ti­quer une sorte de hors-piste du dé­sert, qu’on ap­pelle en an­glais le dune-ba­shing, mais aus­si d’autres sports al­ter­na­tifs mé­con­nus comme le surf et le ski sur sable, ou en­core la fau­con­ne­rie. Le lit­to­ral de 563 ki­lo­mètres offre le loi­sir de se pré­las­ser au so­leil comme d’ex­plo­rer les pro­fon­deurs sous-ma­rines. La plage d’al Gha­riya, très fré­quen­tée, vous ac­cueille­ra pour un week-end d’es­ca­pade. Et à 80 ki­lo­mètres au nord de Do­ha, vous trou­ve­rez Ma­roo­na, une plage de 42 ki­lo­mètres connue pour son sable fin et son eau d’une ex­cep­tion­nelle clar­té. N’ou­blions pas le Qa­tar Mas­ters Tour­na­ment, qui se tient au Golf Club de Do­ha, la mai­son-mère du golf… dans le golfe. Le tour­noi est in­con­tour­nable pour tous les Qa­ta­ris fans de sport, comme l’est aus­si le tour­noi de tennis Exxonmo­bil ATP, où l’on a vu jouer No­vak Djo­ko­vic et Ra­fael Na­dal. Vous pour­rez aus­si dé­cou­vrir le Mu­sée d’art Is­la­mique de Do­ha, qui se donne pour mis­sion de faire com­prendre le plus lar­ge­ment pos­sible l’art is­la­mique au grand pu­blic. Vous y trou­ve­rez des col­lec­tions cou­vrant pas moins de qua­torze siècles. Et n’ou­bliez pas non plus de pas­ser au Ma­thaf, le Mu­sée Arabe d’art Mo­derne, riche de plus de 9 000 pièces. L’ins­ti­tu­tion pro­pose un es­pace ins­pi­rant qui re­flète la contri­bu­tion moyen-orien­tale à la créa­tion ar­tis­tique au fil des âges. Dans les souks la­by­rin­thiques de Do­ha, bai­gnés chaque ma­tin par la lu­mière du so­leil le­vant sur la baie, vibre la culture com­mer­çante de la ré­gion. Et si ja­mais vous vous sen­tez sai­si d’une en­vie de shop­ping plus clas­sique, ren­dez-vous au Villa­gio Mall pour dé­va­li­ser les bou­tiques Ralph Lau­ren, Tom Ford, Lan­vin ou Va­len­ti­no. En as­so­ciant pen­sée new age et his­toire mil­lé­naire, le Qa­tar pour­rait de­ve­nir la des­ti­na­tion la plus cou­rue et la plus at­trac­tive du Moyen-orient. • Plus d’in­fos sur vi­sit­qa­tar.gov.qa

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.