A‘‘

GQ (France) - - Trip -

vec ma femme, nous avions boo­ké un mo­tel à San­ta Mo­ni­ca. À pre­mière vue, San­ta Mo­ni­ca, ça ne peut être que bien, non ? » À peine ar­ri­vé sur le pho­to shoot que GQ a or­ga­ni­sé pour lui à To­pan­ga Ca­nyon, dans les col­lines « hip­pie chic » de Ma­li­bu, Ni­ko­laj Cos­ter-wal­dau se met spon­ta­né­ment à nous ra­con­ter sa pre­mière vi­site à Los An­geles. C’était au dé­but des an­nées 2000 et « évi­dem­ment, nous nous sommes re­trou­vés dans une chambre mi­teuse, pour­suit-il en se mar­rant. Quand je suis tom­bé sur un ca­fard mons­trueux, nous avons plié ba­gage aus­si­tôt… » C’était aus­si dans une autre vie, celle où le jeune Da­nois, va­gue­ment re­pé­ré dans la sé­rie an­glaise Lock, Stock…, fai­sait à ses frais la tour­née des agents hol­ly­woo­diens. Quinze ans plus tard, grâce au mé­ga-suc­cès de Game of Th­rones, « NCW » est dé­sor­mais un peu chez lui dans la Ci­té des Anges. En dé­voyant son phy­sique de prince char­mant pour in­car­ner à l’écran Jaime Lan­nis­ter, le che­va­lier in­ces­tueux, il a re­joint le club des gol­den boys de la sé­rie la plus po­pu­laire de la pla­nète terre. Avec le té­né­breux Kit Ha­ring­ton ( Jon Snow), il in­carne le ver­sant piège à mi­di­nettes d’un show ma­gis­tra­le­ment fa­bri­qué pour plaire à tout le monde. Un mètre quatre-vingt-sept de cé­lé­bri­té : chez un type dont le nom sort plus d’un mil­lion de fois sur « Google search », qui en­caisse 300 000 dol­lars par épi­sode, et re­çoit des de­mandes en ma­riage d’ados ja­po­naises et de mères de fa­mille gua­té­mal­tèques, on s’at­ten­dait à la dis­tance dé­fen­sive, po­lie mais in­fran­chis­sable, des su­per­stars. En vrai, Ni­ko­laj reste aus­si co­ol qu’un vieux pote de ly­cée. Notre homme a beau ne plus sé­jour­ner que dans des pa­laces, il a plu­tôt l’air d’un rou­tard sym­pa lors­qu’il dé­barque sur le set en ber­mu­da ca­mou­flage et Bir­ken­stock.

fonc­tion­naire de luxe…

Le quo­ti­dien de GOT n’a rien de flam­boyant : en­fer­mé dix heures par jour et cinq fois par se­maine dans les Ti­ta­nic Stu­dios de Bel­fast, où sont tour­nées la plu­part des scènes d’in­té­rieur… Loin des ex­ploits du sulfureux Jaime Lan­nis­ter, Ni­ko­laj mène l’exis­tence d’un fonc­tion­naire de luxe, qui dé­jeune avec ses col­lègues de bu­reau et at­tend le ven­dre­di soir avec im­pa­tience. « À Bel­fast, j’adore faire du moun­tain bike, je bou­quine, je traîne avec Pe­ter Dink­lage et Le­na Hea­dey (ses frère et soeur dans la sé­rie, ndlr)… Comme tout le monde, quoi ! » Ou presque. Au sein d’un cast très co­pain-co­pain, « une troupe de théâtre qui se re­trouve tous les ans », NCW a la ré­pu­ta­tion d’être le ri­go­lo de ser­vice. Du­rant la pre­mière sai­son, il avait même créé un vent de pa­nique en fai­sant croire aux pro­duc­teurs qu’il s’était fait cou­per les che­veux, alors que Jaime Lan­nis-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.