Ac­tion

Vous êtes ten­tés par les sports de com­bat? Mais plu­tôt street fight, boxe ou tai-chi? Sur un ring ou dans une cage? GQ vous donne les bons tips.

GQ (France) - - Sommaire - Par Mathieu Le Maux

Sport. Choi­sir son fight club. Beau­té. Gar­der sa barbe et se dé­bar­ras­ser des cernes. Sexe. Le mis­sion­naire en pole po­si­tion. Happy En­ding. Fluide fa­cial.

J «’aime me battre. » Après un der­nier bourre-pif ra­va­geur et tout en res­ser­rant son noeud de cra­vate, Hu­bert Bo­nis­seur de la Bath ( Jean Du­jar­din), dans OSS 117 : Le Caire, nid d’es­pions, se tourne vers la prin­cesse Al Ta­rouk (Aure Ati­ka) et ba­lance cette phrase de son air ni­gaud. Trait de ca­rac­tère du hé­ros bour­rin-vi­ril sur grand écran, de Jean-paul Bel­mon­do à Ja­son Sta­tham, le goût pour la bas­ton prend (heu­reu­se­ment) des atours bien plus sub­tils sur les rings et les ta­pis des clubs de sport sur­fant ac­tuel­le­ment sur le figh­ting boom ob­ser­vé en France – no­tam­ment la boxe, qu’elle soit anglaise, thaï ou française. Si tous ces sports cir­cons­crivent notre en­vie bes­tiale de « s’la mettre » (que ce­lui qui n’a ja­mais ef­fleu­ré l’idée de ré­gler un conflit à coups de latte nous jette son pre­mier di­rect du droit), ils im­posent sur­tout « la ré­flexion, le contrôle de soi et l’hu­mi­li­té », dé­crit à GQ Sou­ley­mane Cis­so­kho (photo ci-des­sus), boxeur olym­pique mé­daillé de bronze chez les – 69 kg à Rio. « On joue d’abord à toucher l’autre sans se faire toucher et, le cas échéant, il faut cher­cher à com­prendre pour­quoi on s’est fait avoir, com­plète le poids wel­ter de Ba­gno­let. Même si on porte des coups, ce qui im­plique évi­dem­ment des risques, ce­la n’a rien à voir avec de la pure vio­lence. C’est à la fois un jeu d’échecs et ce­lui du chat et de la sou­ris. » Reste à cha­cun le soin de trou­ver le ter­rain de jeu qui lui convient le mieux. Sui­vez le guide.

Bonne lon­gueur, contours faus­se­ment né­gli­gés... Jus­tin Tim­ber­lake porte la ar e de urs mer­veille. Donc on se per­met de le co­pier sans au­cun état d’âme.

Au catch ( ou lu­cha libre, ici), les c ats sont tru­qués, certes, mais les enc a ne ents et les cul ttes avan­ta euses s nt ien réels

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.