SA­ME­DI SOIR À SIN­GA­POUR

En week-end au Raffles, le voya­geur fait une trou­blante dé­cou­verte à son su­jet.

GQ (France) - - Trip - ÉRIC DAHAN

Je ne sais ce qui m’a ré­veillé dans cet étouf­fant stu­dio du People’s Park Com­plex, mais ça tombe mal car je suis en­core fra­cas­sé par les mar­ga­ri­tas éclu­sées quelques heures plus tôt sur Ha­ji Lane. Reste à m’ex­tir­per de l’em­prise des deux étu­diantes viet­na­miennes – ce qui n’est pas gagné – et à trou­ver l’es­ca­lier qui mène aux as­cen­seurs ; tous les étages de cette tour de Chi­na­town n’en étant pas pour­vus. Per­cée dans l’in­ter­mi­nable cou­loir de bé­ton, une meur­trière ré­vèle la ville brillant de mille feux et, dix mi­nutes plus tard, un taxi me dé­pose au Raffles. J’y avais em­me­né Cla­ra Obs­cu­ra au­tre­fois et ten­té de lui faire par­ta­ger mon ob­ses­sion pour l’époque des ca­lèches et des rick­shaws, quand Sin­ga­pour était une ville de mar­chands, un monde en mi­nia­ture bai­gnant dans un été per­pé­tuel. Une fois sous la douche, je me re­vois lui di­sant qu’en 1957, on y dan­sait dé­jà sans se toucher et elle de ré­tor­quer, avec sa can­deur amé­ri­caine : « Mais com­ment peux-tu avoir la nos­tal­gie de ce que tu n’as pas connu ? »

LE MA­JOR­DOME PHILIPPIN in­ter­rompt la rê­ve­rie d’une brève son­ne­rie, dresse la table du pe­tit dé­jeu­ner sur la ter­rasse. Puis je me ren­dors afin de ré­cu­pé­rer du vol sur Sin­ga­pore Air­lines, pas­sé à flir­ter avec les hô­tesses d’une beau­té tou­jours aus­si ir­réelle. Vi­cky me re­trouve à 14 heures et je l’em­mène dé­jeu­ner d’un chi­li fish ac­com­pa­gné de nans, chez Us­man, à l’angle de Se­ran­goon et Des­ker Road. Je lui demande où sont pas­sées les belles de nuit aux seins ta­touées, qui of­fi­ciaient dans les al­côves rou­geoyantes, et elle ré­pond : « Loin d’ici, à Gey­lang et Ka­tong. » Elle m’avoue qu’elle a gran­di à Little In­dia et que son père te­nait une échoppe de pa­ris illé­gaux : « On était ter­ri­fiés car il avait hy­po­thé­qué notre mai­son. » Je pro­fite de la proxi­mi­té de Mus­ta­pha pour y faire du shop­ping, et quand je re­passe au Raffles, une cin­quan­taine de bo­lides de toutes les cou­leurs sta­tionnent de­vant le porche. Sa­na, im­muable sous son tur­ban, ex­plique qu’il y a tou­jours au­tant d’évé­ne­ments le sa­me­di soir, dont cette con­ven­tion de pro­prié­taires de Lam­bor­ghi­ni et un mariage dans les jar­dins. Les­lie Dan­ker m’a don­né ren­dez-vous au Long Bar où un Fran­çais se plaint que son Sin­ga­pore Sling est trop su­cré. Je l’in­forme du fait que c’est un cock­tail pour dames, in­ven­té afin de trom­per les ap­pa­rences quand elles ne pou­vaient boire en pu­blic. « Ah bon », fait-il, avant de pi­quer un nou­veau fard parce qu’un homme jette ses éplu­chures de ca­ca­huètes sur le sol. « Mais c’est la tra­di­tion, lui dis-je, pour rap­pe­ler le bruit des vagues qui lé­chaient au­tre­fois les flancs du Raffles. » Les­lie ar­rive et ex­tirpe d’une en­ve­loppe deux photos sur les­quelles il pose aux cô­tés de Ben Gaz­za­ra et de Pe­ter Bog­da­no­vich. Il sait que Saint Jack est l’un de mes films fa­vo­ris et est déçu d’ap­prendre que je re­pars de­main. Je lui confie que j’ai sou­vent son­gé à ré­si­der à Sin­ga­pour mais que je n’ai ja­mais réus­si à y pas­ser qu’en coup de vent. Il éclate alors d’un rire ac­cen­tuant sa res­sem­blance avec le nain jaz­zy de Twin Peaks et pro­duit un troi­sième cli­ché du lob­by de l’hô­tel en 1921, où hommes en smo­kings et dames en robes de soirée évo­luent sur des pa­tins à rou­lettes. L’un d’eux, fu­mant un ci­gare au pre­mier plan, at­tire mon re­gard et je m’es­claffe à mon tour : « Ex­cellent, ton tru­cage ! » Les­lie fronce les sour­cils : « Com­ment ça ? Mais il n’y a pas de tru­cage. C’est bien toi. Tu as dé­jà vé­cu ici. »

ÉRIC DAHAN. Jour­na­liste, pho­to­graphe, réa­li­sa­teur, il a fil­mé des lé­gendes du rock (Bo­wie, Lou Reed), du ci­né­ma in­dé­pen­dant (Paul Mor­ris­sey, Lar­ry Clark) ou de la lit­té­ra­ture (Tom Wolfe). Il a aus­si te­nu la ru­brique culte « Nuits Blanches » dans Li­bé­ra­tion de 1994 à 2006.

Chaque mois, notre dan­dy chro­ni­queur tra­verse les uni­vers feu­trés des hô­tels, clubs et spas les plus ex­clu­sifs de la pla­nète. Plus loin, plus haut que George Cloo­ney dans « In the Air ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.