Boos­tez votre créa­ti­vi­té avec les « stra­té­gies obliques »

GQ (France) - - Intelligence -

Dans le tra­vail, ar­rive tou­jours un mo­ment où l’ob­ses­sion de l’ob­jec­tif fi­nit par avoir un ef­fet in­hi­bant. C’est parce qu’ils ont consta­té ce phé­no­mène de pé­tri­fi­ca­tion men­tale – le­quel étreint no­tam­ment les ar­tistes en stu­dio lors­qu’il leur reste peu de temps pour bou­cler leur al­bum – que le mu­si­cien Brian Eno et le plas­ti­cien Pe­ter Sch­midt ont mis au point en 1975 les « stra­té­gies obliques ». Mé­thode de dé­ver­rouillage du pro­ces­sus créa­tif, cet en­semble de contrein­jonc­tions vise à li­bé­rer l’es­prit de ses en­traves au moyen de pro­po­si­tions lu­diques. For­mel­le­ment, les « stra­té­gies obliques » se pré­sentent comme un en­semble de cartes qui contiennent des phrases à uti­li­ser comme des clés, soit des in­vi­ta­tions ou­vertes aux al­lures d’ordre de mis­sion mys­té­rieux ou de haï­kus sur­réa­listes. Vous dou­tez de leur ef­fi­ca­ci­té ? Ce sont pour­tant ces « stra­té­gies obliques » qui ont per­mis à David Bo­wie d’ac­cou­cher, en un temps re­cord, de ses in­croyables al­bums ber­li­nois en 1977.

avid wie et rian n épr uvant les stra­té ies liques pen­dant l’en­re­gis­tre­ment de He­roes ( 1977).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.