Doit-on re­mer­cier son avo­cat en lui of­frant un pe­tit quelque chose ?

GQ (France) - - La Une -

Votre con­seil vous a sor­ti de la mouise et vous ne sa­vez pas trop com­ment le consi­dé­rer. Faut-il le cou­vrir d’of­frandes ou lui ap­por­ter des pâtes de fruits ? Des bou­tons de man­chette, un saut en pa­ra­chute, un grand vin ? La ré­ponse nous a été four­nie par notre soeur, avo­cate en droit pé­nal à Nan­cy : « Ap­portes-tu des fleurs au den­tiste qui t’a ti­ré d’une sale rage de dents ? Alors pour­quoi se de­man­der s’il faut ap­por­ter des cho­co­lats à l’avo­cat qui n’a fait que son tra­vail ? » Certes, elle ne l’a pas exac­te­ment dit en ces termes, mais elle est quand même bien notre soeur. Grâce à Dieu, la pire ques­tion du monde dis­pose de pa­rades aus­si ef­fi­caces que sty­lées. La pre­mière de toutes consiste à ob­te­nir ta­ci­te­ment d’un tiers, pré­sent à vos cô­tés, qu’il cite à votre place une pe­tite nou­veau­té de votre quo­ti­dien. Vous n’hé­si­te­rez pas à rendre la pa­reille à ce ca­dor dès la pro­chaine oc­ca­sion. La se­conde vous de­mande de pio­cher dans le re­gistre « win per­son­nelle, exo­tisme et évo­lu­tion pro­fes­sion­nelle ». C’est avec l’aide de ce ti­roir men­tal que vous sus­ci­te­rez l’in­té­rêt de votre au­di­teur. Si, au bout de trois se­condes, rien ne vient, trou­vez une anec­dote plus ou moins haute en cou­leurs. Mais si votre vie n’a pas évo­lué d’un io­ta de­puis des mois, ex­plo­rez la ca­té­go­rie « sé­ries Net­flix et loi­sirs créa­tifs ». Si vous n’avez vrai­ment rien chan­gé de votre exis­tence, po­si­ti­vez cet équi­libre en­fin trou­vé. De toute fa­çon, vous n’êtes pas dupe, la per­sonne qui s’in­té­resse à vous cherche avant tout à ce que vous vous in­té­res­siez à elle. Faites donc une blague et ren­voyez-lui la balle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.