Par la grâce du style

GQ (France) - - La Une -

« An­toine Griez­mann, c’est le Xa­vier Do­lan du foot ! », lan­çait ré­cem­ment dans nos pages Pierre Les­cure, l’ex-pa­tron de Ca­nal+ et ac­tuel pré­sident du Fes­ti­val de Cannes – et il s’y connaît en foot et en ci­né­ma. Il suf­fit de re­gar­der la sai­sis­sante pho­to de cou­ver­ture de ce ma­ga­zine spé­cial des « Hommes de l’an­née GQ », réa­li­sée par Ar­thur Del­loye, pour confir­mer l’in­tui­tion de Les­cure : Griez­mann est bien le « Do­lan du foot » : un pro­dige, une gueule, une grâce, un cha­risme et une éner­gie créa­tive. Si nous avons choi­si de pro­pul­ser notre « spor­tif de l’an­née » en cou­ver­ture, c’est parce qu’il sym­bo­lise la force et l’es­prit de nos seize autres lau­réats : un « ac­teur-réa­li­sa­teur » brillant dans sa dis­ci­pline certes, mais pas seule­ment. Car au-de­là des beaux gestes et des buts ma­giques qu’il nous a of­ferts lors de l’eu­ro 2016, c’est plus lar­ge­ment son style – va­leur car­di­nale de GQ – que nous ré­com­pen­sons. Comme ce­lui de Louis Gar­rel, notre « ac­teur de l’an­née », de Pierre Ga­gnaire « chef de l’an­née », d’em­ma­nuel Ma­cron, in- contour­nable dans la ca­té­go­rie po­li­tique, ou Boo­ba, notre in­at­ten­du « bu­si­ness­man de l’an­née »… Tous par­tagent avec lui cette fa­cul­té d’ex­cé­der leur champ d’ac­ti­vi­té, avec ce je-ne-sais-quoi d’au­ra spon­ta­née, de dé­sir de trans­gres­sion, de sens du col­lec­tif pour construire une « oeuvre » au sens ou­vert du terme. Re­trou­vez-les dans les pages qui suivent ain­si que sur Gq­ma­ga­zine.fr pour la re­mise des tro­phées le 23 no­vembre au mu­sée d’or­say sous l’au­to­ri­té de la di­vine Daph­né Bür­ki. Un der­nier mot : GQ et ses lec­teurs n’ou­blient pas ceux qui ont été mar­qués au­tant qu’ils ont mar­qué cette an­née. En 2015, nous dé­cer­nions un prix spé­cial, de « ré­dac­tion à ré­dac­tion », aux des­si­na­teurs Riss et Co­co, de Char­lie Heb­do, pour les as­su­rer de notre confra­ter­nel sou­tien. En 2016, nous avons dé­ci­dé de dé­cer­ner le prix de « l’écri­vain de l’an­née » à An­toine Lei­ris qui a per­du sa com­pagne au Ba­ta­clan mais a su nous faire dé­pas­ser le cau­che­mar des at­ten­tats 13 no­vembre dans Vous n’au­rez pas ma haine. Par le té­moi­gnage et la lit­té­ra­ture. _ EM­MA­NUEL PONCET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.