Mes gom­mages, ma­dame !

Pour se sen­tir au top de la pro­pre­té, l’ex­fo­lia­tion est ce qu’il y a de plus ef­fi­cace. Plus com­plet qu’un la­vage clas­sique, il net­toie sans tou­te­fois dé­ca­per votre épi­derme. GQ vous ex­plique com­ment mettre le bon coup de gomme.

GQ (France) - - Action - Par Ma­ga­li Ber­tin

L’EXFOLIANT, éga­le­ment ap­pe­lé gom­mage ou pee­ling, se pré­sente de deux fa­çons. Le plus cou­rant est dit « gom­mage mé­ca­nique ». Il s’ef­fec­tue avec une so­lu­tion dans la­quelle on trouve des grains ( au mieux na­tu­rels car les billes de plas­tique sont né­fastes pour l’en­vi­ron­ne­ment). « Par ac­tion de mas­sage, ils vont dé­bar­ras­ser la peau de tout ce qui l’as­phyxie : peaux mortes, bac­té­ries, etc. » , ex­plique Ma­rie- Hé­lène Lair, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion scien­ti­fique chez Cla­rins. L’autre forme de gom­mage est dite « chi­mique ». Le but est le même mais la mé­thode dif­fère. On pose un genre de masque sur son vi­sage et des en­zymes vont ve­nir man­ger les peaux mortes. Il n’y a rien à faire, juste à at­tendre. Mouais… On pré­fère clai­re­ment la pre­mière mé­thode : les mou­ve­ments de mas­sages sont hy­per agréables et la sen­sa­tion dé­ca­pante que le gom­mage mé­ca­nique pro­cure est lar­ge­ment su­pé­rieure.

Ça m’ap­porte quoi, au juste ?

Que des trucs co­ol. Une peau bien ex­fo­liée est dé­jà plus belle : le teint est frais et ce­la évite d’avoir des pe­tites pe­luches de peaux mortes, gé­né­ra­le­ment sur les ailes du nez, qui se ba­ladent. Autre bé­né­fice : le coup de fouet. Grâce aux mou­ve­ments de mas­sage, la mi­cro­cir­cu­la­tion est ré­ac­ti­vée. Si vous êtes en­dor­mi, ce­la de­vrait vous ti­rer de votre som­no­lence. « Pour ceux qui mettent de la crème (hy­dra­tante, an­ti-âge…), sa­chez que l’ex­fo­lia­tion booste l’ef­fi­ca­ci­té de vos soins », as­sure Ma­rie-hé­lène Lair. Comme elle est bien propre, les ac­tifs pé­nètrent mieux et plus ra­pi­de­ment.

Com­ment choi­sir son exfoliant ?

Il vous en faut deux : un pour le vi­sage, l’autre pour le corps. Si ce­lui pour le vi­sage peut éven­tuel­le­ment ser­vir pour le corps

(mais on vous le dé­con­seille car ce­la vous fe­rait uti­li­ser des doses énormes, et re­vien­drait cher), l’in­verse est in­exact. Les grains des ex­fo­liants corps sont très larges et pour­raient abî­mer la peau plus fra­gile du vi­sage. On vous conseille donc un gel douche gom­mant pour le corps ( moins oné­reux qu’un gom­mage tout court, mais tout aus­si ef­fi­cace) et un gom­mage à grains fins pour le vi­sage.

Quand et com­bien de fois le faire ?

Idéa­le­ment, deux fois par se­maine, une seule si on a la peau sen­sible. Pour le corps, le top est d’ef­fec­tuer son gom­mage après le sport, his­toire de bien net­toyer toutes les toxines li­bé­rées en suant. Pour le vi­sage, on vous re­com­mande de le faire le ma­tin pour vous ré­veiller. « Un gom­mage du vi­sage doit du­rer en­vi­ron 15 se­condes, en fonc­tion de votre peau, pré­cise Ma­rie-hé­lène Lair. In­sis­tez sur les zones sèches et ru­gueuses du corps. Pour le vi­sage, in­ten­si­fiez vos ef­forts sur la zone T (nez, front et men­ton). » Autre zone à gom­mer avec at­ten­tion : le haut du dos. De nom­breux fol­li­cules pi­leux-sé­ba­cés s’y concentrent, ce qui peut pro­vo­quer des bou­tons. « Si vous ex­fo­liez ré­gu­liè­re­ment, vous di­mi­nue­rez lar­ge­ment leur nombre », pré­cise Ma­rie-hé­lène. A contra­rio, il n’y a pas de zone in­ter­dite. Vous pou­vez vous gom­mer par­tout. Oui, par­tout. « Il n’y a pas de contre-in­di­ca­tion à se faire un gom­mage sur le sexe, sou­rit Ma­rie-hé­lène, mais ce­la n’a pas grand in­té­rêt. Les peaux mortes ne s’ac­cu­mulent pas à cet en­droit. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.