UNE ICÔNE EN SI­LI­CONE ?

GQ (France) - - Le Club -

Cher GQ,

Je suis lec­teur de­puis le pre­mier nu­mé­ro. Je ne vous ai ja­mais écrit car je pense que cha­cun peut avoir une idée per­son­nelle de ce qui se fait ou ne se fait pas. Par exemple, of­frir votre « une » à Scar­lett est un signe d’élé­gance qui vous ho­nore. Mais trans­for­mer la photo en pub pour le chi­rur­gien es­thé­tique res­pon­sable de ses im­plants mam­maires est d’une vul­ga­ri­té folle. Si je veux lire un jour­nal dans le­quel les bim­bos dé­voilent leurs seins si­li­co­nés, je ne vais pas spon­ta­né­ment ache­ter GQ. Cette cou­ver­ture donne de la femme une image en com­plète contra­dic­tion avec les va­leurs que vous pro­fes­sez et avec mes propres as­pi­ra­tions. Cette « une » ra­tée re­join­dra donc ses grandes soeurs qu’étaient celles consa­crées à Boo­ba ou à Cy­ril Ha­nou­na...

La ré­ponse de Ma­thieu Le Maux, chef de la ru­brique Ac­tion : Cher lec­teur, On vous laisse évi­dem­ment la li­ber­té de ju­ger cette co­ver d’une « vul­ga­ri­té folle ». Pré­ci­sons quand même qu’elle a re­çu plu­tôt bon ac­cueil au sein de la com­mu­nau­té GQ. Une af­faire de goût et de per­cep­tion, sans doute. En re­vanche, ren­sei­gne­ment pris (drôle d’en­quête, tout de même), cette photo ne peut être « une pub pour le chi­rur­gien es­thé­tique res­pon­sable de ses im­plants mam­maires » pour la bonne rai­son que les seins de Scar­lett Jo­hans­son sont… na­tu­rels. Bien à vous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.