BERTRAND BURGALAT, 55 ANS, MU­SI­CIEN

GQ (France) - - Portfolio -

Bertrand Burgalat pro­mène son allure so­bre­ment désuète de­puis deux bonnes dé­cen­nies dans le monde de la mu­sique fran­çaise. Ce­lui qui, en marge de sa car­rière so­lo, di­rige le la­bel Tri­ca­tel et vice- pré­side le SNEP ( Syn­di­cat na­tio­nal de l ’ édi­tion pho­no­gra­phique) nous a don­né ren­dez- vous dans le 7e ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris. « Je me suis in­té­res­sé aux fringues en re­gar­dant les mu­si­ciens que j’ai­mais quand j’étais ado. Il faut sa­voir qu’à l’époque, il n’y avait qu’aux fripes qu’on trou­vait ce genr e de vêt ements à des prix abor dables. Je com­po­sais avec ce que je trou­vais sans trop sa­voir ce que je fai­sais, ce qui d’ailleurs n’était pas grave. Les seuls prin­cipes que je me suis im­po­sés dès le dé­but, c’est le cos­tume à deux bout ons et le col fr an­çais. Et si­non, quand je suis en jean, je mets une cein­ture ar­gen­tine blanche. Mais je ne pense p as du t out être un dan­dy, contrai­re­ment à ce que cer tains ont l ’ air de cr oire ! Quel­qu’un qui es­sa ye une t enue un peu ha­sar­deuse, ça peut être tou­chant, même si c’est lou­pé. En tout cas, rien ne jus­ti­fie qu’on juge sé­vè­re­ment un type au look ra­té. Rien n’est moins grave que de mal s’ha­biller. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.