PIERRE GAGNAIRE, 68 ANS, CHEF

GQ (France) - - Portfolio -

“UNE BELLE ÉTOFFE, C’EST COMME UN JO­LI POISSON QUI SORT DE L’EAU.” PIERRE GAGNAIRE

Tout un cé­ré­mo­nial : en­fi­ler sa veste, re­mon­ter les manches, nouer un fou­lard au­tour du cou. Pierre Gagnaire est ra­re­ment « en ci­vil » . «Notre mé­tier est une suite de dé­tails: notre ges­tuelle et notre te­nue ren­voient une image au­près des gens. J’ai un r ap­port dé­ta­ché aux vê­te­ments – peu m’im­porte d’où ils viennent, je veux de la qua­li­té. J’ai peu de choses, mais elles me cor­res­pondent : des chaus­sures conçues à Hong Kong, une chemise blanche faite main ou une veste grain de ca­viar bleu ma­rine confec­tion­née par un vieux tailleur ita­lien. Une belle étoffe, c’est comme un jo­li poisson qui sort de l’eau. Je n’ose­rais ja­mais m’ache­ter des tongs ou une énorme montre à 3 000 balles – je pré­fère m’ ache­ter une pho­to ou en­tre­te­nir ma vieille Triumph.L’ élé­gance, c’est comme un plat simple. Et comme la foi: on l’ a ou on ne l’ a pas. C’est une at­ti­tude mo­rale, re­la­tion­nelle. Chez moi, c’est aus­si une fa­çon de re­ce­voir. Ce­lui qui m’a ins­pi­ré, c’est Alain Cha­pel : un grand chef qui fai­sait lui- même ses bou­quets, et le pre­mier à mettre de jo­lis mots sur la cui­sine. L’ élé­gance, c’est aus­si le choix des mots .» OU­VER­TURE DURES TA URANTPIERO EN NO­VEMBRE, PA­RIS 7.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.