ZONES IN­TER­DITES

Grands Reportages - - Édito -

u mo­ment où vous dé­cou­vrez ce nu­mé­ro spé­cial consa­cré aux voyages en zones dites in­ter­dites, il faut d’em­blée le­ver des équi­voques et pré­ci­ser ces no­tions de ter­ri­toires « cen­su­rés », mis à l’in­dex, car ces der­niers re­couvrent en réa­li­té de mul­tiples fac­teurs os­cil­lant entre des ques­tions sé­cu­ri­taires (est-il dan­ge­reux d’y al­ler ?) et géo­po­li­tiques (en y al­lant, suis-je com­plice d’un État au­to­ri­taire ?). L’équi­voque est la sui­vante : notre pro­pos ne consiste évi­dem­ment pas à vous sug­gé­rer de voya­ger dans des zones ré­pu­tées pé­rilleuses en af­fir­mant qu’elles ne le sont pas, mais bien à re­la­ti­vi­ser, prendre du re­cul et de la dis­tance par rap­port au trai­te­ment mé­dia­tique ac­tuel où l’émo­tion et le fait di­vers at­teignent dé­sor­mais des som­mets qui an­ni­hilent du même coup toutes les ten­ta­tives pour mieux com­prendre les sou­bre­sauts d’un monde dé­ci­dé­ment com­plexe. Si vous évo­quez la Corée du Nord dans une dis­cus­sion de sa­lon, nul doute que vos in­ter­lo­cu­teurs mettent en évi­dence les dé­lires du jeune dic­ta­teur (Kim Jong-Un) dont l’in­cli­na­tion pour les films de Jean-Claude Van Damme n’arrive pas à dis­si­mu­ler une po­li­tique étran­gère qui nous semble aus­si dan­ge­reuse qu’aber­rante. Mais que sa­vons-nous des Co­réens du nord, de leur culture et de leur patrimoine ? Doivent-ils être as­so­ciés à la stu­pi­di­té du « leader su­prême » ? Comment ar­rivent-ils à vivre dans cette dic­ta­ture qui nous ap­pa­raît d’un autre âge ? Au­tant de ques­tions dont seul le voyage sur place, ex­trê­me­ment en­ca­dré bien sûr, per­met d’ob­te­nir des dé­buts de dé­buts de ré­ponse. À l’op­po­sé, dans la même dis­cus­sion de sa­lon, si vous évo­quez l’Ouz­bé­kis­tan, il est fort à pa­rier que les es­prits s’en­flamment à l’évo­ca­tion de ces su­perbes ci­tés de la Soie (Sa­mar­cande, Bou­kha­ra… il y a de quoi !), mais res­tent beau­coup plus dis­crets sur ce ré­gime poin­té du doigt par toutes les ONG. Di­ri­gé de­puis 24 ans par l’in­amo­vible pré­sident Is­lom Ka­ri­mov, ré­gu­liè­re­ment ré­élu avec des scores qui frisent les 90 %, l’Ouz­bé­kis­tan pra­tique la tor­ture et le travail for­cé dans ses champs de co­ton ; mais de ce­la, peu de mé­dias s’en émeuvent car ce­la n’in­té­resse per­sonne. Point com­mun entre l’Ouz­bé­kis­tan et la Corée du Nord : dans les deux cas, on y voyage sans sou­ci de sé­cu­ri­té, État po­li­cier oblige… Autre exemple avec l’Iran. Lorsque ce pays était gou­ver­né par Mah­moud Ah­ma­di­ne­jad, nous avions, sans doute, une image peu sym­pa­thique de ce pays dé­si­gné se­lon la for­mule ex­trême et fon­da­men­ta­liste de George W. Bush comme un des pi­liers de l’« axe­du­mal ». De­puis l’élec­tion à la pré­si­dence du mo­dé­ré Has­san Ro­ha­ni, qui a ma­ni­fes­té sa vo­lon­té de trou­ver un ac­cord sur la ques­tion du nu­cléaire avec les Oc­ci­den­taux, voi­là que les voya­geurs se pressent aux portes d’Ispahan. On s’en ré­jouit. Les Ira­niens, hé­ri­tiers de la grande ci­vi­li­sa­tion perse, se­raient-ils de­ve­nus d’un coup plus gé­né­reux, plus ac­cueillants, ce qu’ils n’ont, au fond, ja­mais ces­sé d’être ? Dans tous les cas, ces voyages en « zones in­ter­dites » ré­servent tou­jours des sur­prises, bonnes et mau­vaises, per­mettent à ceux qui les vi­sitent de té­moi­gner et oeuvrent ain­si à une meilleure com­pré­hen­sion entre les peuples.

A

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.