TOU­RISME : TROIS DÉ­CEN­NIES PER­DUES

Grands Reportages - - Zones Interdites Iran -

Bombe ato­mique, di­plo­mates pris en otages, femmes en tcha­dors et aya­tol­lahs me­na­çants… L’image très dé­gra­dée dont souffre le pays ne sau­rait faire oublier l’une des plus an­ciennes et fas­ci­nantes ci­vi­li­sa­tions humaines, son im­mense po­ten­tiel na­tu­rel et pa­tri­mo­nial, et sur­tout sa po­pu­la­tion, consi­dé­rée par ceux qui la connaissent comme l’une des plus ac­cueillantes. Dans les an­nées 1980, ac­ca­pa­ré par la conso­li­da­tion du nou­veau ré­gime des mol­lahs is­su de la ré­vo­lu­tion de 1979 et par la guerre contre l’Irak, le pays se re­plie sur lui­même. Ti­mide ou­ver­ture tou­ris­tique dans les an­nées quatre-vingt-dix, de courte du­rée : après les at­ten­tats du 11 sep­tembre 2001, l’ad­mi­nis­tra­tion Bush en fait l’un des maillons de “l’Axe du Mal”. Puis, dès son ar­ri­vée au pou­voir en 2005, Mah­moud Ah­ma­di­ne­jad mul­ti­plie les dé­cla­ra­tions ou­tran­cières, pro­vo­cant un boy­cott in­ter­na­tio­nal. En­fin, en 2009, suite à l’ar­res­ta­tion ar­bi­traire de Clo­thilde Reiss, étu­diante fran­çaise ac­cu­sée d’es­pion­nage, la plu­part des voya­gistes jettent l’éponge. Au­jourd’hui, une nou­velle ère s’ouvre, l’Iran le vaut bien, mais le Mi­nis­tère des Af­faires Étran­gères per­siste néan­moins à dé­con­seiller les voyages, sauf rai­son im­pé­ra­tive.

La ville sainte de Qom. Le cli­mat y est lourd, du fait de la den­si­té de mol­lahs et parce que les oc­ci­den­taux n’y sont pas les bien­ve­nus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.