VOYA­GER DANS LE CHANG THANG IN­DIEN PEUT TOUR­NER À L’EX­PÉ­RIENCE INI­TIA­TIQUE

Grands Reportages - - Spécial Bouddhisme Ladakh -

à l’ex­tré­mi­té orien­tale cette fois, du La­dakh : le lac Pan­gong. De­puis la val­lée de l’In­dus, nous avons lais­sé le fort de Ka­ru, fran­chi le Chang La à 5 360 m, sui­vi d’une longue des­cente sur le Chang Thang. Trente ki­lo­mètres après la ma­gni­fique gom­pa de Tangtse sur­plom­bant un ra­vin, nous ar­ri­vons sur le lac, lieu my­thique de la lit­té­ra­ture de voyage, long­temps off li­mit du fait de sa po­si­tion sur la fron­tière chi­noise. Ar­ri­vés un soir de jour blanc, la pre­mière im­pres­sion est dé­ce­vante : mon­tagnes grises, rives pe­lées, grèves boueuses et, sur­tout, la de­mi-dou­zaine de camps de toile des guest-houses tou­ris­tiques, genre « bi­don­villes du toit du monde »… J’igno­rais que le lieu était de­ve­nu un ren­dez-vous de vil­lé­gia­ture in­con­tour­nable des jeunes couples de la nou­velle classe moyenne in­dienne ! Heu­reu­se­ment, au le­ver du jour, le site re­trouve sa ma­gie pri­mi­tive : les cimes hi­ma­layennes ont re­do­ré leurs bla­sons en­nei­gés, des oies sau­vages tra­versent un

Autre lieu, autre dé­cor,

ciel au bleu mé­tal­lique, alors que les eaux pro­fondes sont par­cou­rues de zé­brures iri­des­centes. À 4 250 m d’al­ti­tude, la lu­mière fait la moi­tié du travail ! Mais parce que l’ac­cès au­to­mo­bile de­vient de plus en plus fa­cile, avec son co­rol­laire : un tou­risme de masse se dé­ve­lop­pant à vi­tesse grand V ; et en rai­son de la pré­sence de troupes in­diennes et chi­noises se re­gar­dant en chiens de faïence, j’hé­site à lui dé­cer­ner le la­bel « Shan­gri-La ». Certes, ses pay­sages en­chantent, mais lui manque un sup­plé­ment d’âme. Phu Khar Ur­gyen Dzong, en re­vanche, dans son re­pli aus­tère, semble « ha­bi­té », ir­ra­diant de mys­ti­cisme, et mé­rite am­ple­ment l’ap­pel­la­tion exi­geante de pa­ra­dis per­du. Un lieu où, à dé­faut d’ac­cé­der à l’im­mor­ta­li­té comme le sug­gère James Hil­ton dans son best-sel­ler les Ho­ri­zons per­dus*, on at­teint cer­tai­ne­ment un ni­veau de plé­ni­tude ra­re­ment éprou­vé. Et peut-être aus­si un re­cul sa­lu­taire par rap­port aux prio­ri­tés de son exis­tence ; le dé­but d’une cer­taine sa­gesse ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.