L’em­pire d’es­sences

Grands Reportages - - Biodiversité -

C’est un tout jeune es­clave, Ed­mond Al­bius, qui dé­couvre en 1841 la pol­li­ni­sa­tion ar­ti­fi­cielle de l’or­chi­dée : l’ex­ploi­ta­tion com­mer­ciale de la va­nille réunion­naise pou­vait com­men­cer. Mais il fau­dra at­tendre 1964 pour qu’elle se pare du la­bel Bour­bon. Une ap­pel­la­tion qui s’ap­plique aus­si au vé­ti­ver et au gé­ra­nium. Ces der­niers ne doivent leur dé­ve­lop­pe­ment qu’à l’ef­fon­dre­ment de la culture de la canne à sucre après la Grande Guerre. Leurs es­sences, avec celles du gé­ra­nium, du vé­ti­ver et de l'Ylang-Ylang, par­ti­cu­liè­re­ments re­cher­chées, sont tou­jours dis­til­lées à l’an­cienne sur l’île.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.