DÉ­GUS­TA­TION AFFREU-DISIAQUE

Grands Reportages - - Actus Ailleurs -

Qui s’est dé­jà ren­du à tra­vers les pe­tites échoppes des rues de Pé­kin a pu ad­mi­rer (goû­ter ?) les fa­meuses bro­chettes d’in­sectes, de larves et de ron­geurs en tout genre dont les Chi­nois raf­folent. Moins connue, la cuisine à base d’or­ganes gé­ni­taux est pour­tant un must en Chine et reste consi­dé­rée comme le plus ef­fi­cace des Via­gra ! En ef­fet, se­lon le chef pé­ki­nois Xiao Shan, son bouillon de pénis de che­val se­rait un aphro­di­siaque sans pa­reil. Ac­com­pa­gné de phal­lus et tes­ti­cules d’ânes, de bouc, de chien, de taureau et de cerf à la tex­ture ca­ou­tchou­teuse, le po­tage fi­gure à 200 dol­lars sur la carte de son res­tau­rant. Se­lon la tra­di­tion chi­noise, on pour­rait « re­vi­ta­li­ser­cer­tai­nes­par­ties­du­corp­sen­les­nour­ris­san­ta­ve­cle­mê­meor­gane ». Les par­ties in­times du yak et du phoque (pour­vu de deux pénis) sont ain­si très de­man­dées. Dans le reste de l’Asie, la croyance est éga­le­ment vive ; au Pa­kis­tan, les hommes consomment le Ta­ka­tak pour re­dou­bler de vi­ri­li­té : un ra­goût de coeur, cer­velle, reins, go­nades de bouc et de bé­lier aux oi­gnons, to­mates et gin­gembre. Tan­dis que les In­do­né­siens se ré­galent du sang frais de ser­pent afin de dy­na­mi­ser leur li­bi­do… Les ven­deurs des rues coupent la tête d’un rep­tile en­core vi­vant et re­cueillent le sang dans un verre avant d’y ajou­ter une cuillère de miel di­mi­nuant l’amer­tume du breu­vage. San­té !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.