QUELQUES MYSTÈRES DE­MEURENT, COMME AU­TANT DE PRO­MESSES DE VOYAGES SPI­RI­TUELS ET CULTU­RELS

Grands Reportages - - Spécial Pays Mystérieux -

C’est au sud des High­lands de l’Écosse, dans un cli­mat bru­meux et plu­vieux pen­dant une ma­jeure par­tie de l’an­née que se si­tue le cé­lèbre lac du Loch Ness, de 40 km de lon­gueur et 3 km de lar­geur. L’obs­cu­ri­té de son eau, dans la­quelle on ne voit pas à plus de deux mètres, même en plon­geant, ain­si que l’im­mo­bi­li­té ap­pa­rente du lac qui at­teint, à cer­tains en­droits, près de 200 mètres de pro­fon­deur, donne au lieu son at­mo­sphère mys­tique. Mais le mys­tère s’ac­croît lors­qu’en s’ap­pro­chant de l’eau, on re­marque des mil­liers de pe­tites bulles en ac­ti­vi­té. La lé­gende ra­conte que le lac se­rait gar­dé par une créa­ture aqua­tique, connue sous le nom de « monstre du Loch Ness » ou « Nes­sie ». Des mil­liers de té­moi­gnages ont été re­cueillis sur plu­sieurs siècles mais le mys­tère de­meure en­tier… Naz­ca abrite l’un des plus grands mystères de notre monde : elle est sé­pa­rée de Li­ma par un dé­sert qui au­rait ser­vi aux an­ciens peuples pour des­si­ner la « pam­pa de Naz­ca » ou lignes de Naz­ca. Uni­que­ment vi­sibles du ciel, ces géo­glyphes - près de 350 des­sins re­cen­sés - re­pré­sentent ani­maux (oi­seau­mouche, singe etc.) et fi­gures géo­mé­triques (el­lipses, spi­rales…). Dé­cou­vertes en 1939 par l’an­thro­po­logue Paul Ko­sok, elles furent su­jettes à de nom­breuses po­lé­miques : sys­tème d’ir­ri­ga­tion, calendrier as­tro­no­mique, pistes d’at­ter­ris­sage pour les ex­tra­ter­restres… Toutes ces ten­ta­tives d’ex­pli­ca­tion furent ré­gu­liè­re­ment mises en cause mais elles in­ci­tèrent les cu­rieux à de nom­breuses vi­sites qui en­dom­ma­gèrent le site, dé­sor­mais fer­mé à la cir­cu­la­tion. Il est ce­pen­dant tou­jours vi­sible de­puis un mi­ra­dor au nord de Naz­ca et, bien sûr, vu du ciel. Au coeur des Vosges, en­tou­rant le mont Sainte-Odile, ce mo­nu­ment en pierre me­su­rant près de onze ki­lo­mètres de long de­meure em­pli de mys­tère. Nom­mé « mur Païen » par le pape Léon IX au XIe siècle, en ré­fé­rence à l’époque pré­chré­tienne, nul ne connaît ni sa fonc­tion ni son ori­gine, et ce mal­gré les nom­breuses fouilles ef­fec­tuées par les his­to­riens et les ar­chéo­logues pas­sion­nés par ce mo­nu­ment gran­diose. S’agis­sait-il d’un rem­part de pro­tec­tion, d’une fron­tière, d’une oeuvre d’art ? Les nom­breuses portes per­met­tant d’ac­cé­der à l’in­té­rieur du mo­nu­ment laissent son­geur quant à son uti­li­té. Le 20 jan­vier 1992, l’his­toire a tris­te­ment mar­qué le lieu, à l’oc­ca­sion du crash du vol Air In­ter 148 qui n’épar­gna que neuf sur­vi­vants sur les 96 per­sonnes à bord.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.