DRA­CU­LA À TOUTES LES SAUCES : AU­CUNE RÉ­GION D’EU­ROPE N’EST AU­TANT RÉ­SU­MÉE PAR UN SEUL CLI­CHÉ…

Grands Reportages - - Pays Mystérieux Roumanie -

Elle y ac­cueillit la fine fleur de la royau­té eu­ro­péenne dont son beau-frère Al­phonse XIII d’Es­pagne et la prin­cesse Hélène de Grèce. Elle y pas­sa des sai­sons en­tières sans se sen­tir nul­le­ment in­com­mo­dée par le spectre de Vlad l’Em­pa­leur, sup­po­sé im­pré­gner les lieux. D’ailleurs, a-t-on la cer­ti­tude que ce­lui-ci y pas­sa, ne se­rait-ce qu’une nuit ? Au­cu­ne­ment. On peut sim­ple­ment sup­po­ser qu’il y sé­jour­na lorsque son cousin Ian­cu de Hu­ne­doa­ra lui de­man­da de sur­veiller la fron­tière de la Tran­syl­va­nie au mi­lieu des an­nées 1450. In­sen­si­ble­ment, notre quête de Dra­cu­la s’est chan­gée en quête de Vlad l’Em­pa­leur. Les connais­seurs le savent : les deux per­son­nages n’ont rien à voir. Le bu­veur de sang Dra­cu­la, in­ven­té par Bram Sto­ker, est un mythe, qui colle à la vogue des ro­mans go­thiques. Le voï­vode va­laque qui l’a ins­pi­ré est, lui, bien réel. Vlad (1431-1476) vé­cut en des temps vio­lents et in­cer­tains, qui ai­gui­sèrent cer­tai­ne­ment sa cruau­té. Qui n’en était pas do­té à l’époque ? Fils du gou­ver­neur de Tran­syl­va­nie, il ven­gea sans pi­tié l’as­sas­si­nat de son père. Dans la lé­gende noire col­por­tée par ses en­ne­mis et re­prise jusque dans la Lé­gende des siècles par Vic­tor Hu­go, il est dé­crit comme un ty­ran san­gui­naire, ca­pable de faire em­pa­ler 20 000 pri­son­niers après une ba­taille. Un ex­ploit tech­ni­que­ment im­pos­sible à réa­li­ser…

on cé­lèbre plu­tôt le pa­triote qui s’illus­tra dans de dan­tesques ba­tailles contre les Turcs. Ceux­ci en avaient une telle frousse qu’à la mort de Vlad, le sul­tan ré­cla­ma sa tête em­bau­mée pour en avoir le coeur net… « Un­corps sans­tê­te­don­tonn’aja­mais­re­trou­vé­le­ca­davre,voi­là­quiaa­li­men­té­bien­des­ru­meurs, concède Cio­bo­tea Radu, di­rec­teur ad­joint de l’Ins­ti­tut cultu­rel rou­main à Pa­ris. Onat­tri­buai­tàV­lad,qui­se­ré­fu­giai­tenT­ran­syl­va­nie,la­ré­gion­qui­lui­don­nait­des­forces,après ses­dé­fai­te­set­des­ca­pa­ci­tés­de­sur­vie­hors du­com­mun.Et­si­son­pè­re­luia­lé­guéce nom­deD­ra­cu­la,c’est­qu’ila­vai­té­té­dé­co­ré de l’ordre du Dragon ( dra­cul en rou­main), parSi­gis­mond­deLuxem­bourg.En­rou­main, le­dra­go­net­le­dia­ble­sont­sy­no­nymes–d’où la­mé­fian­ce­que­ce­per­son­na­gea­sus­ci­tée. »

Dans les livres de classe rou­mains,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.