DES SOMMES CO­LOS­SALES ONT ÉTÉ IN­VES­TIES POUR RE­DON­NER À LA CI­TÉ BLES­SÉE SON LUSTRE PER­DU

Grands Reportages - - Allemagne -

était très dé­la­brée lors de la réuni­fi­ca­tion. De­puis, l’en­semble a été res­tau­ré, afin de pré­ser­ver ce pan de mé­moire de l’Est. Loin de tour­ner le dos à son pas­sé, Ber­lin au contraire a en­tre­pris un louable ef­fort pour s’y confron­ter. L’im­pres­sion­nant Mé­mo­rial aux juifs d’Eu­rope as­sas­si­nés, inau­gu­ré en plein centre de la ville en 2005, le Mu­sée juif conçu par l’ar­chi­tecte Da­niel Li­bes­kind, l’ex­po­si­tion per­ma­nente To­po­gra­phie de la ter­reur fi­gurent par­mi les étapes obli­gées d’une vi­site à Ber­lin. L’an­cien mur a lui aus­si ses lieux de pè­le­ri­nage, dont le Mé­mo­rial du mur de la Ber­nauer Straße, le seul en­droit où l’on peut en­core dé­cou­vrir le si­nistre dis­po­si­tif dans toute son in­té­gra­li­té. Ber­lin compte près de 200 sites com­mé­mo­ra­tifs dé­diés aux vic­times de la ter­reur na­zie, de la guerre, du mur et de la ré­pres­sion à l’Est. L’in­vi­ta­tion au re­cueille­ment est par­tout, jus­qu’aux pa­vés do­rés gra­vés aux noms de dé­por­tés, les stolpersteine, in­crus­tés dans les trot­toirs de la ville. As­su­mant plei­ne­ment son de­voir face à l’his­toire, Ber­lin fait dé­sor­mais fi­gure de ca­pi­tale de la mé­moire eu­ro­péenne. Pa­ra­doxa­le­ment, Ber­lin est aus­si la ca­pi­tale de l’ou­bli, le pa­ra­dis de la nuit, des fêtes et de la tech­no, vers la­quelle des mil­liers de jeunes af­fluent de toute l’Eu­rope. Ber­lin a même don­né un nom à ces tou­ristes bam­bo­cheurs : les ea­sy­je­ters, du nom de la com­pa­gnie aé­rienne à bas coût. Du­rant la guerre froide, Ber­lin- Ouest était dé­jà lé­gen­daire pour son mode de vie al­ter­na­tif, ses clubs in­ter­lopes, sa li­ber­té sexuelle dé­bri­dée. Comme le dé­cri­vait alors Grands Re­por­tages, l’exemp­tion du ser­vice mi­li­taire y at­ti­rait toute la jeu­nesse hip­pie du flo­wer po­wer, les mar­gi­naux et anar­chistes rebelles. La chute du mur a fait l’ef­fet d’un ap­pel d’air, grâce aux mil­liers de lo­ge­ments vides aus­si­tôt oc­cu­pés par les squat­ters. Au­jourd’hui, ils sont lé­gion ceux que l’on sur­nomme les le­bens­kunst­ler, les « ar­tistes de l’exis­tence » , éter­nels étu­diants vi­vant au jour le jour de pe­tits ex­pé­dients. Avec sa vie noc­turne en­dia­blée, ses loyers abor­dables, sa to­lé­rance dé­con­trac­tée, Ber­lin, ville « pauvre mais sexy » , se­lon la for­mule de son maire Klaus Wo­we­reit, fait fu­reur au­près de la jeu­nesse. Beau­coup de Fran­çais viennent s’ins­tal­ler dans cette mé­tro­pole « co­ol » où cha­cun peut s’adon­ner à ses rêves de bo­hème. Une des­ti­na­tion tel­le­ment à la mode qu’elle n’échappe plus au tou­risme de masse. Si bien que les pro­tes­ta­tions montent chez les Ber­li­nois contre les hordes de tou­ristes al­coo­li­sés. L’hos­ti­li­té gronde, les étran­gers étant ren­dus res­pon­sables de la gen­tri­fi­ca­tion de la ville et de la hausse des loyers. Il est vrai que peu à peu, Ber­lin s’em­bour­geoise et perd de son ma­gné­tisme. Mais ce re­jet des tou­ristes ré­vèle sur­tout une men­ta­li­té conser­va­trice. Cer­tains Ber­li­nois, ef­frayés par la ra­pi­di­té avec la­quelle leur ville a chan­gé, conservent la nos­tal­gie de l’époque où elle vi­vait iso­lée, sous cloche au mi­lieu de la RDA. Le mur avait fait de Ber­lin un conser­va­toire d’uto­pies, lehavre d’une contre- cul­ture qui peine à sur­vivre au­jourd’hui. « Une mé­tro­pole qui veut s’af­fir­mer éco­no­mi­que­ment peut- elle gar­der sur la du­rée le charme de l’in­ache­vé et de l’anar­chique ? » , in­ter­roge le quo­ti­dien Der Ta­gess­pie­gel. Jon­glant entre les pa­ra­doxes, la ca­pi­tale al­le­mande doit gé­rer son pas­sé tout en for­geant son fu­tur. Phé­nix plu­sieurs fois dé­truit et res­sus­ci­té, Ber­lin est une ville « condamnée à res­ter en per­pé­tuel de­ve­nir, sans ja­mais être » , af­fir­mait l’his­to­rien Karl Schef­fler en 1910. Un siècle plus tard, elle conti­nue à se ré­in­ven­ter. Sa vi­ta­li­té, pour ce­la, fas­cine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.