FA­MILLES PIEUSES ET NO­CEURS DE L’EX­TRÊME VIVENT EN COM­PLÈTE HAR­MO­NIE À PHU­KET

Grands Reportages - - Thaïlande -

De ce cô­té- ci de l’île, on parle avec des su­per­la­tifs. Ici, on ac­cueille les per­son­na­li­tés les plus ten­dances comme Ke­vin Spa­cey, Kate Moss, Nao­mi Camp­bell et son mil­liar­daire russe… Ici, on fait ap­pel aux plus illustres de­si­gners comme Phi­lippe Starck et Jean- Michel Ga­thy pour dé­co­rer une vil­la de 2 100 m2 à Cape Ya­mu. Ici, on peut ex­hi­ber son plus gros yacht, ob­ser­vable de­puis l’un des somp­tueux pen­thouses de la Royal Phu­ket Ma­ri­na, la plus so­phis­ti­quée et high- tech d’Asie. Ici, on bulle certes dans les pis­cines à dé­bor­de­ment, mais sur­tout avec le cham­pagne qui coule à flot. Cô­té ca­viar à l’est, cô­té ham­bur­gers à l’ouest avec Pa­tong, La Mecque de la fête, la ville de tous les ex­cès. Sur la route, les im­menses et in­nom­brables pan­neaux pu­bli­ci­taires donnent le ton : les délices de Piz­za Hut, les bien­faits de la mus­cu­la­tion pour un homme ga­vé aux pro­téines, une dis­trac­tion ex­plo­sive au stand de tir lo­cal. En­gon­cée dans une cu­vette, Pa­tong était, il y a 30 ans, une baie splen­dide et calme, en­tou­rée d’une dense fo­rêt. Ses col­lines sont à pré­sent en­va­hies d’im­meubles ; ses plages em­bou­teillées de tou­ristes hui­lés, de jet- skis et de ven­deurs am­bu­lants ; ses rues conti­nuel­le­ment bruyantes et grouillantes, no­tam­ment de can­cre­lats qui se dé­lectent des dé­chets amon­ce­lés. Le jour, les mar­teaux- piqueurs pé­ta­radent et les haut- par­leurs dé­bitent en per­ro­quet « sa­me­di soir, sa­me­di soir, boxe thaï, boxe thaï » . La nuit, le tin­ta­marre est tel que le cer­veau se trans­forme en co­cotte- mi­nute bouillon­nante. Chaque bar – et il y en a par­tout ! –, chaque taxi tuk- tuk, chaque salon de mas­sage, chaque bou­tique de ta­touage dif­fuse sa propre mu­sique. Ré­gu­liè­re­ment, les cloches tintent, non pas pour an­non­cer une cé­ré­mo­nie boud­dhiste au temple voi­sin, mais pour lan­cer une tour­née gé­né­rale de Chang, la bière lo­cale. Pa­tong est une im­mense boîte de nuit en plein air aux néons criards, un lu­pa­nar qui vibre au rythme de l’in­sou­ciance, des envies les plus folles, des beu­ve­ries beu­glantes et des di­zaines de mil­lions de par­ties de jambes en l’air. Ici, le prix d’une pros­ti­tuée en fin de car­rière – com­pre­nez 30 ans – cor­res­pond à ce­lui d’une amende pour sta­tion­ne­ment gê­nant. Dès 20 heures, les yeux sont bu­bo­niques, les mains gé­la­ti­neuses et dans une transe lan­ci­nante, les langues su­surrent les 4S, « Sea, Sand, Sun and… Sex » ( mer, sable, so­leil et… sexe). Étrange at­mo­sphère dans un pays où la prostitution et la por­no­gra­phie sont of­fi­ciel­le­ment in­ter­dites. In­com­pré­hen­sion su­prême dans cette ville où chaque chambre d’hô­tel cache dans un ti­roir une Bible et un livre sur l’En­sei­gne­ment de Boud­dha. Confu­sion to­tale quand l’on découvre à deux pas seu­le­ment, le pai­sible vil­lage voi­sin de Bang­tao, com­po­sé ex­clu­si­ve­ment de mu­sul­mans qui dé­am­bulent en te­nues is­la­miques. « L’am­biance à Pa­tong s’est dé­gra­dée ces der­nières an­nées » , dé­plore Im­ran, mu­sul­mane à l’ex­quise bon­ho­mie. « Mon ma­ri tra­vaille là- bas et constate une mul­ti­pli­ca­tion des in­ci­dents » . Rixes entre clients et vi­deurs, hô­tels qui re­fusent d’ac­cueillir les Russes, es­cro­que­ries au­tour de faux vols de scoo­ters : la ci­té sul­fu­reuse rem­plit sou­vent la ru­brique faits di­vers des jour­naux. Le temps d’une de­mi- jour­née, les adeptes de ce temple du tou­risme de masse dé­cident tout de même d’en sor­tir pour « ex­plo­rer » les îles voi­sines. En groupe là aus­si. Ain­si dé­bute le bal­let chro­no­mé­tré des ba­teaux sur­char­gés. Par­mi les in­con­tour­nables : Koh Phi Phi et sa Maya Bay, où Leo­nar­do DiCa­prio trou­vait en­fin le pa­ra­dis dans La Plage. Les cartes pos­tales pro­mettent

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.