TRÈS DENSE ET FA­VO­RI­SANT LES TRANSPORTS COL­LEC­TIFS, LA VILLE EST L’UNE DES PLUS VERTES DES ÉTATS- UNIS

Grands Reportages - - États Unis -

po­lice ve­nues éva­cuer Thomp­kins Square Park. Le couvre- feu y se­ra même ins­tau­ré. Dix ans plus tard, via un sys­tème im­pla­cable de ventes par lot me­né par des fonds de pen­sions, les Te­ne­ments Buil­dings du quar­tier sont dé­sor­mais ha­bi­tés par des nou­veaux ar­ri­vants, sou­vent de jeunes couples avec en­fants, et bor­dées de ma­ga­sins et de res­tau­rants trendy. Du crack au bio ? Les mou­ve­ments ra­di­caux de po­pu­la­tion et d’am­biance sont an­crés dans le re­nou­veau éco­no­mique de la ville : ces an­nées sont ( aus­si) celles du triomphe des sec­teurs fi­nan­ciers et du ter­tiaire High Tech à Manhattan. New York, au tour­nant du millé­naire, est de­ve­nue un exemple de re­dres­se­ment et de bonne gou­ver­nance. Le géant peut souf­fler ? Le 11 sep­tembre 2001, dans un si­dé­rant di­rect pla­né­taire, les tours ju­melles du Word Trade Cen­ter s’ef­fondrent. 2 973 morts et dis­pa­rus. La mé­moire du 9/ 11 dans les rues du sud de Manhattan ? « Les images ne disent rien de l’odeur atroce qui a flot­té sur la ville pen­dant des mois. L’ar­mée était dans la rue. Des soldats ar­més vous de­man­daient vos pa­piers si vous sor­tiez de chez vous. Pen­dant presque 48 heures, les ponts et les tun­nels de Manhattan ont été fer­més. Dans toute la par­tie sud de la ville, l’in­ima­gi­nable était ins­tal­lé juste der­rière nos portes » . Les pom­piers de New York, les Fi­re­figh­ters du FDNY, de­vien­dront les hé­ros adu­lés de la City. Et des mois du­rant, Ground ze­ro va de­ve­nir le lieu de loin le plus émou­vant de la ville, un par­cours ir­réel dans un assemblage im­pres­sion­nant de bou­gies, de pho­tos et mes­sages cein­tu­rant la zone ra­va­gée. New York se res­soude au­tour de sa plaie béante ? En moins de 8 mois, deux mil­lions de tonnes de débris sont dé­ga­gées. En 2006, après d’im­menses dé­bats, la pre­mière des 7 nou­velles tours pré­vues est ache­vée. Face à l’im­mense « re­flec­ting ab­sence » du 9/ 11 Me­mo­rial, les bi­seaux ar­gen­tés de la plus haute ( 1WTC, 571 mètres) do­minent, eux, la nouvelle sky­line de­puis 2012. Le chan­tier de 1WTC, qui doit être ter­mi­né fin 2014, au­ra coû­té presque 4mil­liards de dol­lars. C’est, dit- on, le bâ­ti­ment le plus cher à avoir ja­mais été construit au monde. Mais New York, cô­té mil­liards, peut faire beau­coup mieux en­core… 15 sep­tembre 2008 au soir : sur la 7e ave­nue, les em­ployés de la banque d’in­ves­tis­se­ment Leh­man Bro­thers, l’un des géants de la fi­nance amé­ri­caine, sortent de leurs bu­reaux avec des car­tons mal scot­chés sous les bras. Em­por­tée par le tsu­na­mi des sub­primes, la banque ferme pu­re­ment et sim­ple­ment ses portes. Le sys­tème en­tier rentre en crise sys­té­mique. New York, ca­pi­tale mon­diale des échanges fi­nan­ciers, va­cille. La fo­lie ne fait que com­men­cer. Elle va dis­si­per en fu­mée plus de 4 000 mil­liards de dol­lars dans le monde. Trois ans plus tard, le mou­ve­ment Oc­cu­py Wall Street dé­marre au coeur du Fi­nan­cial dis­trict. À deux pas du Stock Ex­change, le parc Zuc­cot­ti, de­ve­nu un vil­lage de tentes, in­carne pen­dant plu­sieurs mois l’un des hauts lieux de la contes­ta­tion du sys­tème ca­pi­ta­liste. La sa­ga New York semble sans fin ? Pas vrai­ment : son der­nier ava­tar est même dé­jà connu. Fin 2012, l’ou­ra­gan San­dy frappe la ville et le New Jer­sey. 43 morts. 400 000 per­sonnes éva­cuées. Des mil­lions de New- yor­kais pri­vés d’élec­tri­ci­té. Près d’un cin­quième de la ville baigne les pieds dans l’eau. De­puis ? La ville ne cesse de pla­ni­fier et pré­pa­rer sa ré­ponse à l’iné­luc­table mon­tée des eaux. La Big Apple n’en est pas à un chan­ge­ment prêt ? Bou­le­ver­se­ment cli­ma­tique oblige, sur Li­ber­ty Is­land, il n’est pas im­pos­sible qu’un jour, l’on doive sur­éle­ver un peu la Sta­tue de la li­ber­té…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.