GE­NE­VIÈVE DE FON­TE­NAY PEUT SE RÉ­JOUIR : AU­JOURD’HUI, MÊME LES PA­POUS ONT LEURS MISS !

Grands Reportages - - Papouasie- Nouvelle- Guinée -

d’ac­cès, le manque d’in­fra­struc­ture et la né­ces­si­té d’im­por­ter tous les pro­duits ma­nu­fac­tu­rés en­traînent des coûts exor­bi­tants. Deux cent cin­quante eu­ros pour une chambre d’hô­tel ba­sique. Trois à quatre cents eu­ros pour louer une voi­ture dé­glin­guée lorsque l’on a la chance d’en trou­ver une. Six cents à mille cinq cents eu­ros pour les vols in­té­rieurs les plus chers… Pas de doute, le monde mo­derne est bien là… Et au pas­sage, les Pa­pous y ont per­du quelques plumes. Sont- ils plus heu­reux ? Voire. Un chiffre en dit plus que tous les longs dis­cours : l’es­pé­rance de vie a ga­gné plus de dix ans entre 1989 et 2013 ! « Nos danses, nos croyances et nos cultures tra­di­tion­nelles ont dis­pa­ru ou presque… Ce­la me rend triste mais ce n’est pas si grave » consi­dère Mun­diya Ke­pan­ga, un Pa­pou « à plumes » ori­gi­naire de la tri­bu des Hu­lis de­ve­nu cé­lèbre grâce au film L’ex­plo­ra­tion inversée qui re­trace son pé­riple à tra­vers la France( « Au­jourd’hui, notre vie est beau­coup plus fa­cile. Il n’y a plus de guerres tri­bales et de fa­mines. Nous pou­vons uti­li­ser des mé­di­ca­ments, des cou­ver­tures, des voi­tures, des avions… Nos en­fants vont à l’école. Notre pays change, se dé­ve­loppe, évo­lue… pour­quoi de­vrions­nous conti­nuer à vivre comme des pri­mi­tifs dans la boue et cou­verts de suie ? » Vingt- cinq après l’ar­ticle pu­blié en 1989 par Grands Re­por­tages, le pays a pro­fon­dé­ment chan­gé… et les Pa­pous ne s’en plaignent pas. Que de­vien­drat- il dans un nou­veau quart de siècle ? En 2039, que res­te­ra- t- il des pa­rures de plumes, des oi­seaux de pa­ra­dis, des fo­rêts pri­maires, des tra­di­tions an­ces­trales et des der­niers ri­tuels ani­mistes ? Nul ne sau­rait le pré­dire. Une seule chose est sûre : si à mon tour, dans 25 ans, on m’in­ter­roge sur mes re­por­tages en Papouasie, je dé­cla­re­rai sans au­cun doute qu’ils « res­te­ront les plus aven­tu­reux et les plus ex­tra­or­di­naires de ma car­rière car j’avais vé­ri­ta­ble­ment l’im­pres­sion d’être un Tintin re­por­ter chez les Pa­pous. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.