LE TROI­SIÈME PÔLE

Grands Reportages - - Top 25 - TEXTE ET PHO­TOS FRANCK CHAR­TON

Le Sud Li­pez bo­li­vien forme un gi­gan­tesque gla­cis en­tre­mê­lant pla­teaux d’al­ti­tude, dé­serts de sel, vol­cans et la­gunes mul­ti­co­lores. Voyage en Tel­lu­rie, ce pays lu­naire à la beau­té ef­frayante, tour à tour gla­cée et in­can­des­cente. Dans le Sud Li­pez, tous les che­mins ne mènent pas à Rome, mais à Uyu­ni.

C’est dans ce bourg pion­nier de quelques mil­liers d’âmes, pos­sé­dant une gare, trois rues gou­dron­nées et au moins trente agences de voyage, que tout com­mence, ou tout fi­nit. Des no­rias de véhicules 4x4 vont et viennent, char­gés de bi­dons d’es­sence, de matériel de cam­ping et d’us­ten­siles de cuisine. La des­ti­na­tion est de­ve­nue un must du tou­risme in­ter­na­tio­nal dit d’ « aven­ture » . Pre­mier ki­lo­mètre, et dé­jà une cu­rio­si­té : le ci­me­tière des trains à va­peur. Une de­mi­dou­zaine d’an­tiques lo­co­mo­tives et une co­horte de vé­né­rables wa­gons rouillent sur des rails ron­gés par le sel et les herbes folles. Ar­rêt à Mall­ku ( « con­dor » ) , un bled en­dor­mi au pied d’un étrange es­car­pe­ment, abri­tant une an­tique for­te­resse de pierre et de mystérieuses pein­tures ru­pestres. « Nous sommes le der­nier rem­part d’hu­ma­ni­té avant la mer » , af­firment les pay­sans. De temps à autre, la mo­no­to­nie de la piste est rom­pue par un fris­son de pous­sière : un groupe de nan­dous, ces ti­mides au­truches naines des Andes, dé­ta­lant plus vite que Speedy Gon­zales… Les heures ont pas­sé, nous voi­ci au pays des la­gunes : Co­lo­ra­da, Blan­ca, Verde, Chal­vi­ri… un flo­ri­lège de mi­roirs trans­lu­cides, bla­fards, éme­raude ou co­balt. Bal­lets un peu pré­cieux des fla­mants an­dins et ap­pa­ri­tions fu­gaces des vi­gognes, ces gra­ciles pe­tites pe­luches, cou­sines sau­vages du la­ma, égaient à in­ter­valles ré­gu­liers l’im­men­si­té hos­tile de l’Al­ti­pla­no. Pre­mier des lieux my­thiques du Li­pez, la La­gu­na Verde fait le gros dos sous des bour­rasques en fu­rie. On peut à peine te­nir de­bout, le lac dia­phane dis­pa­rais­sant sous les vagues et une étrange mousse blanche. Contem­pler ce spec­tacle dan­tesque se ré­vèle à lui seul épui­sant ! Le beau temps re­ve­nu, cap vers le « sa­lar » de Chi­gua­na ; le ha­meau de San Juan n’est plus loin. Teo­fi­lo Yu­cra nous ac­cueille de­vant le mu­sée ar­chéo­lo­gique qu’il a ai­dé à bâ­tir. C’est lui qui, le pre­mier ici, a com­pris la né­ces­si­té de sau­ver les momies et leurs ca­veaux en forme d’oeufs, ap­pe­lés chull­pas. Ces « oeufs » de pierre abritent des corps mo­mi­fiés ou des sque­lettes très an­ciens, sou­vent en po­si­tion foe­tale. Au- de­là, com­mence la grande mer in­té­rieure du sa­lar d’Uyu­ni, dix mille ki­lo­mètres car­rés de sel aveu­glant, à 3 700 mètres d’al­ti­tude. Avant de pé­né­trer dans ce monde à part, inon­dé en pé­ri­phé­rie à cette époque de l’an­née, le chauf­feur « em­balle » le bas de caisse du vé­hi­cule dans des bâches plas­tiques pour pro­té­ger le mo­teur. Nous lais­sons der­rière nous la terre ferme, la piste, les hommes, aus­si rares soient- ils. Cap sur… rien ! De­vant nous, une nappe sa­line et aqueuse, prête à nous ava­ler, corps et âme. Des îles ap­pa­raissent par­fois, on­du­lant dans les loin­tains comme des mi­rages, puis ré­tré­cissent pour dis­pa­raître… Nous évo­luons en si­lence dans un vide si­dé­ral pen­dant un long mo­ment. C’est une ex­pé­rience sen­so­rielle rare, où l’insolite le dis­pute à un plai­sir am­bi­gu. Puis, de nou­veau, les re­liefs com­mencent à se dis­tin­guer, alors que de flaque en flaque nous émer­geons d’abord ti­mi­de­ment puis tout à fait sur une sur­face dure et pou­vons ac­cé­lé­rer. Le sel change d’as­pect. La croûte hé­té­ro­gène, par­fois mar­brée de terre ou de sels mi­né­raux, se mue en des mil­lions de pe­tites France nei­geuses, ces hexa­gones se ré­pé­tant à l’in­fi­ni, jus­qu’au ver­tige. Un mi­racle de chi­mie et de poé­sie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.