UNE PLON­GÉE DANS LE MONDE KHAM­PA, ENTRE TRA­DI­TIONS ET GRANDS ES­PACES

Grands Reportages - - Spécial Tibet Kham -

bi­li­sait tous les moyens. Et avant ? On évoque la sé­che­resse – ou, au contraire, trop de pluies ! - Je com­prends sur­tout que le su­jet est sen­sible : ce grand ras­sem­ble­ment fes­tif au­rait été plu­sieurs fois in­ter­dit pour « in­ci­ta­tion au désordre » . Les au­to­ri­tés ont donc re­pris en main son or­ga­ni­sa­tion et, sur­tout, sa sé­cu­ri­té, pour mieux ca­na­li­ser l’évé­ne­ment. Ac­cueil tou­chant dans ma fa­mille ti­bé­taine d’adop­tion, le temps du fes­ti­val. Les sou­rires sont ra­dieux. Ma chambre a été re­peinte. Tse­ring et sa femme Lha­mo, la cin­quan­taine avan­cée, vivent avec leurs 3 filles, leurs ma­ris et les en­fants de ces der­nières, dans une mai­son neuve avec cour. Elle a été fi­nan­cée en par­tie par le gou­ver­ne­ment, dans un quar­tier 100% ti­bé­tain, éta­gé sur les hau­teurs de la ville. L’aî­née, Ten­drup Po­mo, a deux jeunes en­fants, sa ca­dette Kar­zang Dol­ma, sort de couches, en­fin Ichi Wang­mo, la ben­ja­mine, 20 ans, en­core cé­li­ba­taire, est étu­diante. Cha­cune, à tour de rôle, s’oc­cupe des tâches mé­na­gères et do­mes­tiques. Il n’y a pas d’eau cou­rante, on se lave dans la cour ou sur les toi­lettes à la turc, avec un seau d’eau chauf­fée au gaz. L’élec­tri­ci­té est dis­pen­sée chi­che­ment, par une am­poule dans chaque pièce. Aux heures des re­pas, on se ras­semble dans la cuisine, au­tour du vieux poêle en fonte, face à un mur ta­pis­sé de cas­se­roles, plats et pots, comme le veut la tra­di­tion. Le ma­tin, la fa­rine d’orge grillée, ou tsam­pa, que l’on ma­laxe dans un bol avec au choix, du beurre, du sucre, de thé, voire tout en­semble, et le soir, au­tour de la thuk­pa, ro­bo­ra­tive soupe ti­bé­taine à base de pâtes « fait mai­son » et de lé­gumes de sai­son, ou d’une plâ­trée de riz avec un peu de viande de yak ou de porc.

se dé­roule dans un stade à 4 km du centre- ville. C’est une af­faire sé­rieuse, un mé­ga show où les fi­gu­rants ont été mo­bi­li­sés en masse. Les quelques cen­taines d’in­vi­ta­tions et les mil­liers de billets payants qui se sont ar­ra­chés la veille, ne masquent guère le fait qu’il

La cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.