AVEC CHAQUE NOUVELLE RES­PI­RA­TION, LA TRANSE SE RAP­PROCHE

Grands Reportages - - Spécial Tibet Amdo -

tu­té­laires la paix et la pros­pé­ri­té pour la com­mu­nau­té. Dans ce but, ils offrent à ces der­niers un spec­tacle vi­vant des­ti­né à les apai­ser et les sa­tis­faire. Les hommes- es­prits, les Lha ba en ti­bé­tain, di­rigent la cé­ré­mo­nie. Les Lha ba sont des mé­diums qui, après être en­trés en transe, prêtent leur corps aux déi­tés, afin que celles- ci puissent in­ter­ve­nir fa­vo­ra­ble­ment dans le monde des hu­mains. Ain­si sont- ils sol­li­ci­tés pour des di­vi­na­tions, des soins, des conseils, des pro­tec­tions ou même des exor­cismes. Les Lha ba ( ou Lha mo pour les femmes) sont pré­sents dans toute l’aire cultu­relle ti­bé­taine. Du La­dakh au Bhou­tan en pas­sant par le Né­pal, toutes les ré­gions implorent la bien­veillance des déi­tés lo­cales. L’ori­gine de cette pra­tique vien­drait de la re­li­gion pré­boud­dhique bön, syn­cré­tisme de pra­tiques ani­mistes et cha­ma­nistes. Pen­dant le règne du roi ti­bé­tain Tri­song Dét­sen, Gu­ru Rin­po­ché fut in­vi­té à ré­pandre le boud­dhisme au Ti­bet. Il conver­tit alors au boud­dhisme nombre de di­vi­ni­tés lo­cales ti­bé­taines, les in­té­grant ain­si au pan­théon, en leur don­nant sou­vent le rôle de pro­tec­teur, telle la fa­meuse Pal­den Lha­mo, pro­tec­trice du Ti­bet et du boud­dhisme ti­bé­tain. Le Da­laï- La­ma lui- même fait ap­pel ré­gu­liè­re­ment aux oracles, comme ce­lui de Né­chung, son fa­vo­ri, pour le conseiller. Ac­cro­ché à une col­line sur­plom­bant la ville de Rebkong, un temple, ap­pe­lé « la mai­son des chefs d’ar­mées » , est au­jourd’hui en pleine ef­fer­ves­cence. Dans la cour, une foule or­don­née en te­nue d’ap­pa­rat ap­porte ses of­frandes pour la déi­té du lieu. Dans une am­biance bon en­fant, les hommes d’un cô­té et les femmes de l’autre at­tendent le mo­ment où l’es­prit des­cen­dra dans le corps du Lha ba. Les as­sis­tants du mé­dium lèvent les bras vers le ciel, une bou­teille d’al­cool dans une main, un pot de yaourt dans l’autre. Les en­cen­soirs du temple sont gon­flés à bloc de mé­lange de fa­rine d’orge grillé, de ge­né­vrier ain­si que d’autres of­frandes. Le Lha ba Ten­zim­bim ha­lète, bat du pied. Son souffle s’ac­cé­lère. À chaque res­pi­ra­tion sa joue droite se gonfle et se dé­gonfle. La transe ap­proche. Un autre Lha ba lui crache de l’al­cool à la fi­gure puis lui jette des graines d’orge. Des spasmes le

Au vil­lage de Sang­ge­shung, quelques vil­la­geois sont dé­si­gnés pour ef­fec­tuer des scé­nettes im­pro­vi­sées et di­ver­tir la foule. C'est le mo­ment pour eux comme pour les spec­ta­teurs de boire une bière ou des al­cools plus forts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.