GILLES ELKAIM VERS LE PÔLE

En sep­tembre 2016, le voi­lier po­laire Ark­ti­ka poin­te­ra son étrave vers le pôle Nord. Gilles Elkaim et sa com­pagne Alexia Ne­zon­det se­ront à bord, avec sept chiens de traî­neau. Dé­sor­mais, ils se­ront les seuls êtres hu­mains à un mil­lier de ki­lo­mètres à la ro

Grands Reportages - - Actus - TEXTE GILLES ELKAIM Pour suivre l’aven­ture : www. ark­ti­ka2. com - www. fa­ce­book. com/ ark­ti­ka2

Qu’est- ce qui poussent un homme et une femme à s’en­ga­ger sur une odys­sée digne des grands mo­ments de l’exploration de la terre ? À re­le­ver un dé­fi où la plus pe­tite er­reur peut se payer par la mort ? Dans quel cer­veau a pu ger­mer une aven­ture aus­si dé­me­su­rée ? Que cherchent- ils et que dé­cou­vri­ront- ils ? À une époque où l’on a ten­dance à abu­ser des su­per­la­tifs, ce voyage est réel­le­ment ex­tra­or­di­naire. Gilles Elkaim n’est pas un aventurier néo­phyte. À cin - quante- cinq ans, il a écrit sa vie comme un ré­cit d’aven­ture. Entre 2000 et 2004, il a tra­ver­sé en so­li­taire toute la Si­bé­rie, du cap Nord au dé­troit de Bé­ring ( douze mille ki­lo­mètres à skis, en kayak et sur­tout en traî­neau à chiens). Il est re­ve­nu trans­for­mé par cette im­mer­sion dans les ci­vi­li­sa­tions no­mades du Grand Nord. Mais est- il vrai­ment re­ve­nu ? Une nou­velle odys­sée a mû­ri dans son es­prit de grand en­fant. Et celle qui s’an­nonce, in­ti­tu­lée Ark­ti­ka 2.0, a le souffle des grandes épo­pées, de celles qu’on ne ren­contre qu’une fois par dé­cen­nie. Il part pour deux ans et peut- être plus. Il a dans la tête une hor­loge très spé­ciale, d’un mo­dèle ou­blié dans nos gre­niers, qui compte les mois et les an­nées comme au XIXe siècle. Gilles Elkaim ac­cepte un dé­nue­ment et une dose de risque qu’on ne ren­contre plus beau­coup au­jourd’hui. Re­prendre le grand voyage de Nan­sen à bord du Fram est

le nou­veau dé­fi qu’il s’est lan­cé. En 1893, ce Nor­vé­gien vi­sion­naire avait conçu un ba­teau ca­pable de ré­sis­ter à la pres­sion des glaces pour se lais­ser por­ter par le cou­rant qui tra­verse l’océan Arc­tique de part en part. Au mi­lieu du voyage, Nan­sen avait quit­té le Fram avec un com­pa­gnon et ten­té, sans suc­cès, d’at­teindre le pôle avec des chiens de traî­neau. Gilles et Alexia veulent être les pre­miers à réussir cette dé­rive et at­teindre le pôle comme l’avait rê­vé

Nan­sen. Pour l’éthique de son projet, Gilles Elkaim ne veut au­cune as­sis­tance, au­cun vi­si­teur. Le pe­tit équi­page vi­vra en com­plète au­to­no­mie et se­ra seul pour dé­fendre son ba­teau contre les as­sauts de la ban­quise. Lors­qu’Ark­ti­ka se­ra près du pôle Nord, Gilles et Alexia ten­te­ront de l’at­teindre en traî­neau sur la ban­quise, avec leurs chiens. Mais con­trai­re­ment à Nan­sen, contraint à un hi­ver­nage pré­his­to­rique au retour, le couple peut es­pé­rer re­trou­ver son ba­teau en dé­rive ( en­tiè­re­ment conge­lé) grâce à une ba­lise de tra­cking ( lo­ca­li­sa­tion sa­tel­lite). Les ex­plo­ra­teurs at­tein­dront- ils le pôle Nord ? Leur ba­teau au­ra- t- il dis­pa­ru entre- temps sous une ca­ra­pace de glace ? Au­ra- t- il été dé­vas­té par les ours ? C’est l’une des très nom­breuses in­con­nues de ce der­nier voyage dans l’im­pré­vi­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.