BOUD­DHISME ET COM­MU­NISME : LES PIERRES AN­GU­LAIRES DE LA RÉ­PU­BLIQUE DÉ­MO­CRA­TIQUE

Grands Reportages - - Grands Voyageurs Laos -

nent au pays. Amy, ex- Miss Asian Ame­ri­ca, a quit­té l’an­née der­nière les États- Unis, « seule » , tient- elle à pré­ci­ser, « pour ai­der à développer le Laos grâce au bu­si­ness et à l’in­no­va­tion » … Avec plus de huit pour cent de crois­sance an­nuelle – taux le plus éle­vé de toute l’Asie du Sud- Est ! –, les am­bi­tieux rentrent au ber­cail ; les au­da­cieux sortent de l’ombre. Les rues se co­lorent de filles aux che­veux teints. Même si la loi l’au­to­rise de­puis deux ans seule­ment, les adeptes de l’eau oxy­gé­née res­tent en­core as­sez mal vus. Qu’im­porte. Les gar­çons s’y mettent aus­si. Willy du groupe MmaQ, mèches blondes go­mi­nées, ap­par­tient à l’un des boys bands lao nou­vel­le­ment for­més. Sur le mo­dèle des groupes co­réens, lui et ses trois com­pères, re­gards té­né­breux et poses sug­ges­tives, chantent l’amour, ce­lui qui fait souf­frir mais qui fi­nit bien. Autre sym­bole de cette ou­ver­ture : Vien­tiane a ac­cueilli sa toute pre­mière Fa­shion Week en 2014… or­ga­ni­sée au Set­tha Pa­lace, l’unique hô­tel co­lo­nial fran­çais de la ville à la dé­co­ra­tion an­nées trente ! Dé­ci­dé­ment, la ca­pi­tale ne peut s’em­pê­cher de se pen­cher sur son pas­sé. Ré­sul­tat : 1- 1 dans le match vieille dame rai­son nable contre ado­les­cente tur­bu­lente… Sur le po­dium, en­va­hi d’in­sectes qui s’amou­rachent des pro­jec­teurs, les man­ne­quins dé­filent dans des créa­tions lo­cales, lais­sant par­fois échap­per du dé­col­le­té une éti­quette ta­ri­faire… Cette pa­rade frou­frou­teuse est à l’image de Vien­tiane : im­par­faite, mais à l’at­mo­sphère en­chan­te­resse et bon en­fant.

Après avoir été dé­truite par les ar­mées du Siam

à deux re­prises, en 1778 et en 1827, mise sous pro­tec­to­rat par les Fran­çais qui la peu­plèrent de Viet­na­miens, prise en étau par les États- Uniens dans leur guerre contre le Viet­nam com­mu­niste, Vien­tiane peut enfin s’épa­nouir. La ca­pi­tale « où l’on sou­rit le plus au monde » , se­lon Michel Treu­te­naere, au­teur de Sa­baï dii Vien­tiane, semble être le lieu où tous les rêves sont per­mis. Et toutes

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.