À TABLE… |

Grands Reportages - - Actus -

En Chine, des stocks de viande conge­lée pé­ri­més, pour cer­tains de­puis plus de qua­rante ans, viennent d’être sai­sis par les au­to­ri­tés. Il ne s’agit pas de bro­chettes d’hip­po­campes ou autres larves dont sont friands les Chi­nois, mais d’une viande plus « conven­tion­nelle » : au to­tal plus de cent mille tonnes d’ailes de pou­let, de pièces de boeuf et de porc, dont la va­leur avoi­sine les 435 mil­lions d’eu­ros! En ou­vrant les portes de l’un des en­tre­pôts dans la pro­vince du Hu­nan, le per­son­nel man­da­té a bien failli s’éva­nouir… Cette opé­ra­tion s’est sol­dée par le dé­man­tè­le­ment de qua­torze gangs de viande ava­riée opé­rant entre la Chine et les ré­gions fron­ta­lières du Viet­nam. D’après les ex­perts, cer­tains stocks au­raient été dé­cou­pés et em­pa­que­tés à l’époque où le fon­da­teur de la Ré­pu­blique po­pu­laire, Mao Tsé- toung, était en­core en vie. Pire: afin de réa­li­ser des éco­no­mies, les tra­fi­quants n’hé­sitent pas à trans­por­ter les viandes dans des ca­mions or­di­naires plu­tôt que fri­go­ri­fiques avant de les conge­ler une deuxième fois ar­ri­vées à des­ti­na­tion. En Chine, les in­toxi­ca­tions ali­men­taires sont cou­rantes; les normes sa­ni­taires res­tent très peu éle­vées et la ré­gle­men­ta­tion sur les pro­duits frais n’est pas ap­pli­quée. Aus­si, une dé­am­bu­la­tion dans cer­tains su­per­mar­chés chi­nois peut per­mettre d’al­ler plon­ger sa main au coeur d’étals où la viande, non em­bal­lée, est pré­sen­tée en vrac… « Non, on ne tâte pas la mar­chan­dise! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.