L’épo­pée du Ca­che­mire

Grands Reportages - - Mongolie -

Tech­ni­que­ment, la laine de Ca­che­mire est is­sue de la sous­toi­son de la chèvre Ca­pra hir­cus la­ni­ger d’Asie cen­trale. On es­time que la do­mes­ti­ca­tion de la chèvre sau­vage re­monte à l’âge de pierre en Mé­so­po­ta­mie. L’ani­mal pré­sen­tait tous les avan­tages : il four­nis­sait viande, lait, toi­son et, sur­tout, avait une for­mi­dable ca­pa­ci­té d’adap­ta­tion. Peu à peu, la chèvre do­mes­tique s’est ré­pan­due dans toute l’Eu­ra­sie évo­luant en dif­fé­rentes es­pèces se­lon les en­vi­ron­ne­ments. Sous les cli­mats secs et froids des steppes, dé­serts et hauts pla­teaux de l’Asie cen­trale, la chèvre do­mes­tique a évo­lué en chèvre « la­ni­ger » , lai­neuse, ai­dée de croi­se­ments avec les es­pèces sau­vages lo­cales comme le Mar­khor de l’Hi­ma­laya. Dès le XVe siècle, le sa­voir- faire vir­tuose des tis­se­rands de la val­lée du Ca­che­mire a don­né à la fibre ses lettres de no­blesse ain­si que sa dé­no­mi­na­tion. Au­jourd’hui, les plus belles laines ca­che­mire sont pro­duites en Chine et en Mon­go­lie. L’ap­pel­la­tion, mal pro­té­gée, est sou­vent usur­pée, et les pro­duc­teurs vou­draient créer un la­bel pour cer­ti­fier les au­then­tiques fibres de ca­che­mire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.