LE COEUR ET L’ES­PRIT

Grands Reportages - - Édito - AN­THO­NY NICOLAZZI Ré­dac­teur en chef

Je risque peut-être de me ré­pé­ter mais notre ré­dac­tion doit être l’une des rares en France (la seule ?) à pou­voir se tar­guer d’avoir fou­lé le Toit du Monde. Le « vrai » Toit du Monde, en­ten­dez, l’Eve­rest (que les Ti­bé­tain nomment Cho­mo­lung­ma), 8 848 m et des pous­sières d’étoiles. Les an­ciens se sou­viennent de l’ef­fer­ves­cence qui ré­gnait à la ré­dac­tion ce 23 mai 2001 lors­qu’a gré­sillé la ra­dio an­non­çant JeanMarc Porte au som­met. Et même si l’in­té­res­sé, pu­di­que­ment, mo­des­te­ment, n’en parle ja­mais, cet évé­ne­ment a for­cé­ment marque d’une pierre blanche la vie de la ré­dac’. À no­ter, que Guillaume Val­lot, qui signe dans ce nu­mé­ro les images du re­por­tage sur le Ti­bet en au­to­no­mie, est lui aus­si ve­nu y plan­ter son pe­tit dra­peau, un an plus tard. CQFD. À cette époque – quinze ans dé­jà / à peine – au­cune piste ne s’était ris­quée dans les en­trailles des hautes val­lées né­pa­laises. La Tsum était to­ta­le­ment in­con­nue et in­ac­ces­sible aux étran­gers ; les iti­né­raires dé­sor­mais ba­li­sés de Kho­pra Dan­da n’étaient que de vul­gaires sen­tiers de biques / yaks. La Ré­pu­blique (elle date de 2008) fai­sait en­core dou­ce­ment ri­go­ler le roi du Né­pal et on prê­tait aux Chi­nois l’am­bi­tion de re­lier Pé­kin à Lhas­sa par le rail (la ligne se­ra inau­gu­rée en 2006). Ceux qui ont la chance de fré­quen­ter le Toit du Monde ré­gu­liè­re­ment (c’est plus cou­rant qu’on ne le croit ; le vi­rus est ex­trê­me­ment conta­gieux et as­su­ré­ment vi­vace) n’au­ront au­cun mal à vous confir­mer le phé­no­mène : les choses évo­luent un peu par­tout dans la chaine hi­ma­layenne et sur le pla­teau ti­bé­tain. Très vite, même. D’une ma­nière qua­si­ment… ver­ti­gi­neuse. Il y a des mil­liards de rai­sons de convo­quer le Toit du Monde à notre som­maire. Le coeur, bien sûr ; on aime et on ne s’en cache pas. Aux lon­gi­tude et la­ti­tude de la carte men­tale s’ajoutent d’autres di­men­sions. L’al­ti­tude, bien-sûr, qui en­ivre l’es­prit et éthère les âmes. Le temps, éga­le­ment, tour à tour cruel et im­muable. La per­pé­tuelle évo­lu­tion du ter­rain rend ca­duque la moindre in­for­ma­tion à peine l’avons-nous pu­bliée et ren­force en­core l’ali­bi de la dé­cou­verte. L’étour­dis­sante in­fi­ni­té de la quête fait res­sem­bler ce mer­veilleux ter­rain de jeu à une in­épui­sable corne d’abon­dance de dé­cou­vertes cultu­relles, géo­gra­phiques, spi­ri­tuelles, so­cié­tales ou géo­po­li­tiques (l’image du ton­neau des Da­naïdes fonc­tionne éga­le­ment, pour les pes­si­mistes). Des som­mets du Pa­mir aux gorges du Yang­zi, des sources du Gange aux neiges des Kun­lun, le Toit du monde est vaste. Im­mense même. À tel point qu’on peine à en dé­ter­mi­ner les contours exacts – est-ce d’ailleurs réel­le­ment né­ces­saire ? Les boud­dhistes ont com­pris de­puis long­temps qu’une simple vie ne suf­fi­rait pas à com­bler le vide de nos igno­rances. Ga­geons que ce nu­mé­ro, mo­des­te­ment, contri­bue à nour­rir votre coeur, votre es­prit, et à tra­cer quelques pistes vers votre Nir­va­na.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.