CE QU’ON EN PENSE

Grands Reportages - - Le Mag -

In­con­tour­nable, Ni­co­las Bou­vier ? De L’Usage du monde au Pois­son scorpion, ses textes ac­com­pagnent de­puis un de­mi­siècle lec­teurs et voya­geurs. Et ont gé­né­ré, de Jean Sta­ro­bins­ky au tra­vail des Édi ons Zoé, de re­mar­quables es­sais. « C’est le voyage qui vous fait. Ou vous dé­fait ? » Na­dine La­porte pose jus­te­ment qu’au­de­là du dé­pla­ce­ment même mais aus­si grâce à lui , l’oeuvre de Ni­co­las ne cesse de si­gni­fier un par pris sur l’ex­pé­rience d’une pos­sible pré­sence (hu­maine) au monde. Fra­gi­li­té des ins­tants. Des cer ­ tudes. Pos­si­bi­li­té de la perte et de la déso­rien­ta on. Sé­duc on des formes no­mades. Dis­po­ni­bi­li­té au sur­gis­se­ment et à la ful­gu­rance comme au temps im­mo­bile ou long. A en on à la grâce. Bou­vier ne cesse de nous in­di­quer que seuls le trem­ble­ment et la ful­gu­rance rendent la vie comme tout voyage digne d’être vé­cu. À l’heure ou la pro­messe du de­hors est gé­né­ra­le­ment faite de tout l’in­verse (pro­mo on ta­ri­faire, dé­part ga­ran ou tra­cé GPS of­fert), l’oeuvre de Bou­vier ne parle pas d’un pas­sé ré­vo­lu : elle dé­signe au­jourd’hui en­core, et lu­mi­neu­se­ment, un ac­cep­table.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.