LES CHE­MINS INCAS EN 3 QUES­TIONS

Grands Reportages - - Dossier -

→ Que si­gni­fie le terme « Qhapaq Ñan » ?

Ce nom que­chua si­gni­fiant « che­min royal », fré­quem­ment rem­pla­cé par l’ex­pres­sion « Che­min de l’Inca », est le nom don­né au tron­çon cen­tral andin des routes incas, d’une longueur es mée de 6 000 km, re­liant Pas­to, en Co­lom­bie, à San ago du Chi­li, via l’Équa­teur, le Pérou, la Bo­li­vie et l’Ar­gen ne. Par ex­ten­sion, il dé­signe tout le ré­seau, de près de 30 000 km.

→ Les che­mins sont­ils vrai­ment d’ori­gine inca ?

Les Incas ont mas­si­ve­ment réu li­sés les routes pre­́ incas, comme en té­moigne la re­dé­cou­verte, en 2011, d’une tombe de l’époque wa­ri dans le site d’Espí­ri­tu Pam­pa. Mais ce sont bien les Incas qui en ont fait un ré­seau struc­tu­ré à une échelle in­éga­lée.

→ Les routes incas son­telles tou­jours u li­sées ?

Dans les Andes, ces i né­raires ont per­mis aux po­pu­la ons de cir­cu­ler jus­qu’au XXe siècle (il y a cin­quante ans, le ro­man­cier J.M. Ar­gue­das évo­quait, dans Les fleuves pro­fonds, son en­fance avec son père, avo­cat i né­rant entre An­da­huay­las et Cusco). Mal­gré tout, ces che­mins his­to­riques sont au­jourd’hui de moins en moins usi­tés, et le tou­risme d’aven­ture re­pré­sente un en­jeu non né­gli­geable pour leur ré­ha­bi­li­ta on.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.