4 ITI­NÉ­RAIRES INCAS IN­ÉDITS

TEL UN FIL D’ARIANE, LES AN­CIENS CHE­MINS DU QHAPAQ ÑAN SE FAU­FILENT À TRA­VERS LE DÉ­DALE DES COR­DILLÈRES DU PÉROU, DÉ­VOI­LANT ÇÀ ET LÀ DES POR­TIONS MA­GNI­FIQUES QUE NOUS VOUS INCITONS À EX­PLO­RER POUR RE­DÉ­COU­VRIR QUELQUES FLEU­RONS EN­CORE MÉ­CON­NUS DU PATRIMOIN

Grands Reportages - - Dossier - PAR SÉ­BAS­TIEN JAL­LADE

Si proche de Li­ma et pour­tant mé­con­nue, la Pam­pa de Junín est per­chée à 4 100 mètres d’al­ti­tude. La na­ture y est aus­tère et gran­diose. Au mi­lieu, un fil d’Ariane : le Qhapaq Ñan. Il fran­chit une par­tie des cent ki­lo­mètres du pla­teau, de­puis Tam­bo­pam­pa, au nord, jus­qu’aux en­vi­rons d’On­dores, sur la rive ouest du lac Chin­chay­co­cha, où il dis­pa­raît.

DÉ­PART / AR­RI­VÉE

La Pam­pa de Junín est ac­ces­sible en sept heures de bus de­puis Li­ma. Ses portes d’en­trée sont Junín au sud et Cer­ro de Pas­co au nord.

ITI­NÉ­RAIRE

Deux choix s’offrent à vous. Par­cou­rir l’émou­vant tron­çon de route inca par­tiel­le­ment inon­dé sur les bords du lac. De San Pe­dro de Pa­ri, il faut alors cinq heures pour re­joindre On­dores. Nuit pos­sible à Pa­ri. Pour la traversée intégrale du pla­teau, comp­tez quatre jours. De Cer­ro de Pas­co, un taxi col­lec­tif al­lant à Ya­na­huan­ca vous dé­po­se­ra à 800 mètres au sud de Tam­bo­pam­pa. Le che­min se perd par­fois. À la bous­sole, uti­li­sez Pa­coyán puis Co­cha­mar­ca comme points de re­père, azi­mut 160°. Bi­vouacs im­pé­ra­tifs.

QUE VOIR EN CHE­MIN ?

Nulle part ailleurs qu’ici, on ne res­sent au­tant la ten­sion entre le pas­sé et le pré­sent : des fermes iso­lées, la py­ra­mide de rem­blais mi­niers de Pa­coyán, les ves­tiges co­lo­niaux. Le che­min, large de vingt mètres, dis­pa­raît peu à peu sous les gra­mi­nées, en­tre­cou­pé par les bar­rières des éle­veurs. Le tam­bo royal de Pum­pu, an­cien car­re­four des routes incas, est ma­jes­tueux au mi­lieu de la plaine. Tout proche, San Pe­dro de Pa­ri est une église ru­rale du XVIe siècle, cou­verte de fresques. De­man­der les clefs dans le vil­lage. Le lac, un parc na­tu­rel, est par­se­mé de ro­seaux et de fla­mants roses.

Les es­ca­le­rillas sont une des mer­veilles des routes incas, ac­ces­sibles à tous : ca­na­li­sa­tions, murs de conten­tions, es­ca­liers gra­vis­sant fron­ta­le­ment des pa­rois ou se lo­vant en la­cets au creux de la roche, le tout au pied du Cer­ro Huay­lil­las, pi­ton constam­ment dra­pé de nuages. Le site est di­vi­sé en deux cirques es­car­pés. Le der­nier col (4 200 m) marque le point de dé­part des hautes Andes. Un voya­geur aguer­ri fi­lant plein sud tou­che­rait la cor­dillère Blanche en une se­maine. Mais pour ar­pen­ter les es­ca­le­rillas, un ou deux jours suf­fisent.

DÉ­PART / AR­RI­VÉE

Comp­tez quatre heures de tra­jet de­puis Tru­jillo pour re­joindre Hua­ma­chu­co. Il faut alors 6 heures pour ga­gner les es­ca­le­rillas, à pied (40 min en vé­hi­cule).

ITI­NÉ­RAIRE

De la place cen­trale, par­tez par le cô­té sud, face au clo­cher. At­ten­tion à bien res­ter sur le flanc est du Río Grande. Vous trou­ve­rez le che­min inca dans toute sa ma­jes­té à la la­gune Cu­shu­ro. Inon­dé, il sur­git des eaux pour s’échap­per vers le Cer­ro Huay­lil­las. Vous at­tein­drez le site 30 min plus tard. Trois heures dans chaque sens sont né­ces­saires pour l’ex­plo­rer. Bi­vouac pos­sible à la la­gune ou au seuil du se­cond cirque, mais pour deux tentes seule­ment.

QUE VOIR EN CHE­MIN ?

Les es­ca­le­rillas se suf­fisent à elles-mêmes. Hua­ma­chu­co abrite aus­si deux sites ma­jeurs, Wi­ra­co­cha­pam­pa et la somp­tueuse ci­té wa­ri de Mar­ka­hua­ma­chu­co, ni­chée en sur­plomb de la ville, à 2 heures de marche. Ils forment un ma­gni­fique trait d’union avec la route inca et une ex­cel­lente op­por­tu­ni­té de marche d’ac­cli­ma­ta­tion.

In­ka Naa­ni est le nom don­né au tron­çon de che­min inca qui re­lie la cor­dillère Blanche à Ya­na­huan­ca, avec pour ho­ri­zon les cor­dillères de Huay­huash et de Rau­ra : voies larges et em­pier­rées uti­li­sées par les ri­ve­rains, des restes de pont, des tam­bos iso­lés ha­bi­tés par des pay­sans. Cette por­tion est l’une des plus fas­ci­nantes des Andes pé­ru­viennes.

DÉ­PART / AR­RI­VÉE

Il faut quatre heures pour re­lier Hua­raz à Hua­ri, en tra­ver­sant la cor­dillère Blanche par son flanc sud. De là, un taxi col­lec­tif vous mè­ne­ra à Cas­tillo, via l’an­cien pont de Po­ma­cha­ca.

ITI­NÉ­RAIRE

De Cas­tillo à la ci­té inca de Huá­nu­co Pam­pa, comp­tez quatre jours. Vous pas­se­rez par So­le­dad de Tam­bo, les es­ca­liers incas du col de Wa­ga Pun­ta (4 384 m), le tam­bo de Quen­jua­hir­ca, San Cris­to­bal de Tam­bo (bi­vouac), Ayash, Hua­manín, Ta­pa­ra­ko (bi­vouac) et San Lo­ren­zo de Is­co. Une fois au Rió Viz­car­ra, vous pou­vez lo­ger à La Unión (hô­tel). La par­tie sud est en­core plus ma­jes­tueuse : il faut quatre jours pour at­teindre Hua­rau­tam­bo via Baños (hô­tel), Tam­bo­co­cha, Ga­shan­pam­pa (hébergement), la ri­vière Lau­ri­co­cha et le pont inca d’In­ca­va­do, le col d’Ichi­chir­ca, l’école de Tam­billo (bi­vouac) et le pa­so de In­ca­poyo (4 487 m), point culmi­nant du trek. Pour ren­trer à Li­ma, taxis col­lec­tifs pour Ya­na­huan­ca et Cer­ro de Pas­co.

QUE VOIR EN CHE­MIN ?

Les ves­tiges sont in­nom­brables, à com­men­cer par le che­min lui-même, vi­sible de bout en bout. Ne man­quez pas Huá­nu­co Pam­pa, les bains ther­maux incas du Rió Supe (Baños), en­core uti­li­sés par les pay­sans. Tout aus­si émou­vant, les tam­bos de Tam­bo­co­cha et de Hua­rau­tam­bo, en pierre mo­nu­men­tale. Pro­fi­tez-en ! Ici comme ailleurs, le Qhapaq Ñan est me­na­cé. En dix ans, trois nou­velles pistes ont dé­té­rio­ré l’In­ka Naa­ni.

Dif­fi­cile d’ac­cès mais jouis­sant de pay­sages spec­ta­cu­laires, la cor­dillère de Pa­ria­ca­ca est très proche de Li­ma. Une route inca de pè­le­ri­nage par­tait de Ha­tun Xauxa (ac­tuelle Jau­ja) pour la tra­ver­ser in­té­gra­le­ment, avant de plon­ger vers Pa­cha­ca­mac, ni­chée entre les fau­bourgs sud de la ca­pi­tale pé­ru­vienne et les rives du Pa­ci­fique.

DÉ­PART / AR­RI­VÉE

Jau­ja est ai­sé­ment ac­ces­sible de­puis Li­ma ou Huan­cayo, en bus. L’ushnu (py­ra­mide) de l’an­cienne Ha­tun Xauxa se trouve à 50 mètres de la pe­tite place de la mu­ni­ci­pa­li­té de Sau­sa, dans les fau­bourgs sud.

ITI­NÉ­RAIRE

At­ten­tion, cet iti­né­raire de­mande une au­to­no­mie d’au moins six jours. De Jau­ja, di­rec­tion plein est pen­dant trois jours pour at­teindre Jul­ca­tam­bo, via Hi­pas­pam­pa (bi­vouac), le col Ya­na­cor­ral (4 350 m), Ya­na­can­cha (bi­vouac) et la vallée de Ya­na­tu­to. Le hors-piste est fré­quent. Comp­tez quatre jours de plus pour Hua­ro­chi­ri, par un spec­ta­cu­laire tron­çon de che­min inca de haute mon­tagne, via la la­gune Es­ca­le­ra (4 450 m), les cols de Shac­sha (4 800 m) et de Por­ta­chue­lo (4 780 m), le tam­bo de Pir­ka-Pir­ka, la la­gune Pi­ti­co­cha, le col d’Oc­cha (4 700 m), Me­sa Re­don­da et Tan­ta­rache. Il faut alors deux jours pour ga­gner Lan­ga via La­huay­tam­bo, puis ce se­ra le ca­nyon aride du Río Lurín, où le che­min se perd : Or­co­co­to, An­tio­quia, Pal­ma et Nieve Nieve et Chon­tay. At­ten­tion à l’in­sé­cu­ri­té le der­nier jour, entre Cie­ne­guilla et Pa­cha­ca­mac.

QUE VOIR EN CHE­MIN ?

Le point d’orgue de ce trek est l’es­ca­lier inca d’Es­ca­le­rayoc, sur les contre­forts du Pa­ria­ca­ca. Il se trouve dans un état ex­cep­tion­nel de conser­va­tion. Tout proche, la grotte Cu­chi­ma­chay est or­née de pein­tures ru­pestres. N’ou­blions pas les deux sites ma­jeurs que cet iti­né­raire re­lie : la pla­te­forme cé­ré­mo­nielle de Xauxa et la ci­té pré­in­ca en adobe de Pa­cha­ca­mac.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.