DIF­FI­CILE DE TRA­CER SON POR­TRAIT…

Grands Reportages - - Découverte Espagne -

Son nom même hé­site entre plu­sieurs iden­ti­tés : San Sebastián en cas­tillan, Do­nos­tia en basque, Saint-Sé­bas­tien en fran­çais… Le pa­no­ra­ma au som­met du mont Iguel­do, au­quel mène un fu­ni­cu­laire brin­que­ba­lant, per­met de mieux ap­pré­hen­der sa phy­sio­no­mie. En­châs­sée entre la mer Can­ta­brique et des col­lines ver­doyantes plan­tées de vignes, la ville s’étire entre deux baies dis­tinctes, sé­pa­rées par le fleuve Uru­mea. D’un cô­té, la fu­rie des vagues qui fouettent la plage de la Zur­rio­la. C’est la par­tie mo­derne, jeune, bran­chée et dy­na­mique. De l’autre, la paix sen­suelle de la baie de la Con­cha, avec la vieille ville, ses pe­tites églises ba­roques et les quar­tiers chics du dé­but de siècle, sa­ge­ment qua­drillés, bor­dés de ma­noirs jouf­flus et de vil­las cos­sues.

LA BAIE AUX PRO­POR­TIONS IDÉALES

Dif­fi­cile de ne pas être sé­duit par la Con­cha (« co­quille » en es­pa­gnol), cette langue de sable blond à l’ar­ron­di par­fait, l’une des plus belles baies au monde. On la com­pare à celle de Rio de Ja­nei­ro. Du reste, la sta­tue d’un Christ do­mine l’en­semble. On la longe en sui­vant une agréable pro­me­nade hé­ris­sée de grosses lan­ternes du XIXe siècle et d’un ba­lustre aux feuilles d’acanthe en fer for­gé. Toute la po­pu­la­tion dé­file sur ce pa­seo en bord de mer : des pas­sants qui bossent, d’autres qui flânent, des bé­rets, des éco­liers, des sur­feurs, des amou­reux… On aper­çoit au pas­sage plu­sieurs vil­las Belle Époque or­nées d’oriels, de clo­che­tons et autres fan­fre­luches, des ma­jes­tueux pa­lais au charme dé­ca­ti, évo­ca­teurs de l’âge d’or de la ci­té.

L’ÂGE D’OR

La mode des bains de mer fut lan­cée ici en 1845 par la reine Isabelle. La sta­tion bal­néaire fut en­suite mo­de­lée par les reines María Cris­ti­na et Vic­to­ria Eu­ge­nia. Dans leur sillage af­fluèrent aris­to­crates et grands bour­geois d’Es­pagne et d’Eu­rope. Des ca­si­nos, pa­laces, théâtres et belles de­meures cer­nées de jar­dins sor­tirent de terre pour les ac­cueillir. De cette brillante époque res­tent le ca­si­no (de­ve­nu hô­tel de ville), co­pie de ce­lui de Monte-Car­lo, le pa­lais Mi­ra­mar, le théâtre Vic­to­ria-Eu­ge­nia, le pont Ma­ria Cris­ti­na (clone du pont Alexandre III à Pa­ris) et deux pa­laces, le Ma­ria Cris­ti­na et l’Hô­tel de Londres. San Sebastián a gar­dé son ca­rac­tère élé­gant et son art de vivre chic, dont té­moigne en­core la ky­rielle de bou­tiques de luxe qui ja­lonnent la zone dite « ro­man­tique ».

LE SURF EN STYLE DE VIE

Tout autre est l’am­biance sur la rive orien­tale du fleuve, dans le quar­tier bo­hème et cos­mo­po­lite de Gros, truf­fé de ga­le­ries d’art, de pe­tites bou­tiques co­quettes et de bars à tapas. Sur la plage de la Zur­rio­la (l’un des rares en­droits au monde où l’on peut sur­fer en pleine ville), de larges rou­leaux em­portent les sur­feurs, tan­dis que sur le

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.