BA­LEN­CIA­GA, NOIR EN COU­LEUR

Grands Reportages - - Découverte Espagne - www.cris­to­bal­ba­len­cia­ga­mu­seoa.com

« Un bon cou­tu­rier doit être ar­chi­tecte pour la forme, peintre pour la cou­leur,

mu­si­cien pour l’har­mo­nie et phi­lo­sophe pour la me­sure. » Ain­si par­lait Cristó­bal Ba­len­cia­ga (1895­1972), l’un des grands maîtres de la haute cou­ture dans les an­nées 1950­1960. Na f de Ge­ta­ria, pe t village de pê­cheurs à 25 km de San Se­bas án, c’était un per­son­nage plu­tôt sombre et in­tro­ver , per­fec on­niste à l’ex­trême. Éle­vé dans les jupes de sa mère cou­tu­rière, puis for­mé dans l’ate­lier d’un tailleur, il ouvre sa propre mai­son à San Se­bas án en 1910. Cou­tu­rier fa­vo­ri des prin­cesses et aris­to­crates es­pa­gnols, il doit néan­moins s’exi­ler lors de la guerre ci­vile, puis re­fonde sa mai­son à Pa­ris, où il triomphe. Au fil des ans s’af­firme un style épu­ré, aux formes amples et rondes, mar­qué un goût pro­non­cé pour les im­pri­més fleu­ris et sur­tout pour le noir. Un noir dense, es­pa­gnol, presque ve­lou­té, aus­si té­né­breux qu’une nuit sans étoile. Éta­bli dans l’an­cienne vil­la fa­mi­liale de Ge­ta­ria, à la­quelle une élé­gante ex­ten­sion si­nu­soï­dale a été ajou­tée, le mu­sée Ba­len­cia­ga re­trace la car­rière du créa­teur à tra­vers une éblouis­sante col­lec on de robes pré­sen­tées comme des bi­joux pré­cieux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.