LES BALCONS DE CHAMONIX

LE MONT BLANC, LA MER DE GLACE, L’AI­GUILLE VERTE, LES DRUS… SUR LES HAU­TEURS DE CHAMONIX, VÉ­RI­TABLE BEL­VÉ­DÈRE SUR LE MAS­SIF, L’AM­BIANCE EST ASSURÉMENT… PA­NO­RA­MIQUE.

Grands Reportages - - Dossier - FRANCK CHARTON

L’ar­ri­vée au large et pa­no­ra­mique col de Balme, ou le re­tour en France, do­mi­nant la val­lée de l’Arve, an­nonce un peu « le dé­but de la fin » de ce TMB. Mé­lange d’ex­ci­ta­tion et un lé­ger pin­ce­ment au coeur, dé­jà. Les 950 mètres de mon­tée de­puis Trient au dé­part de la Peu­ty ont été un pur ré­gal, via un ex­cellent sen­tier en fo­rêt d’aroles, puis des la­cets sou­te­nus en prai­rie jus­qu’aux ber­ge­ries des Her­ba­gères. Un der­nier coup de col­lier sur un large che­min mu­le­tier nous a en­fin conduits à l’im­po­sant hô­tel-re­fuge coif­fant le col de Balme, frontière fran­co-suisse à 2 191 mètres et of­frant de splen­dides en­vo­lées vi­suelles vers la Verte, le mont Blanc et ses ai­guilles. Vi­site de cour­toi­sie dans ce lieu aus­si vé­né­rable qu’his­to­rique, au dé­cor qua­si im­muable, de­puis sa créa­tion en 1887. La pa­tronne, Lu­cienne Si­mond-Bos­so­ney, est tou­jours fi­dèle au poste du haut de ses quatre-ving­tun ans ; ce­la fait soixante-six ans qu’elle re­çoit des tou­ristes, et sur­tout des ran­don­neurs, avec un mé­lange de fa­mi­lia­ri­té bou­gonne et d’hu­ma­ni­té sour­cilleuse : quan­ti­té de pe­tits billets grif­fon­nés de sa main et col­lés aux murs, mettent en garde le client, aver­tissent le consom­ma­teur, avisent le vi­si­teur. Co­casse !

MER­VEILLES CACHÉES

Pre­mier dé­tour : le som­met de la Croix de Fer, à 2 343 mètres, ir­ré­sis­tible bel­vé­dère ro­cheux sur­plom­bant les val­lées alen­tour, au bout d’une jo­lie arête fa­cile. Puis autre cro­chet à la tête de Balme au-des­sus des sources de l’Arve. En­fin, ul­time di­gres­sion vers le char­mant lac de Ca­togne, bien ca­ché der­rière une butte, pré­lude à une mer­veilleuse tour­bière en­va­hie d’un on­doyant ta­pis

de li­nai­grettes, un spec­tacle d’une grande poé­sie. Re­tour à Balme in­fé­rieur par le che­min des Po­settes et nui­tée au gîte d’al­page de Cha­ra­mil­lon. La su­per adresse du coin, loin des foules, avec vue im­pre­nable de­puis la crête juste au-des­sus, sur l’ai­guille Verte et les Drus. Avec, en bo­nus, une table de grande qua­li­té ! L’étape du len­de­main se ré­vèle d’an­tho­lo­gie : au lieu de des­cendre di­rec­te­ment sur le Tour, je m’offre une re­mon­tée tran­quille au col des Po­settes qui em­brasse du re­gard la val­lée de Val­lor­cine, la montagne du Buet, le lac d’Émos­son, le mas­sif du Mont-Blanc et ses sa­tel­lites. J’en­chaîne avec une gran­diose des­cente sur Tré-le-Champ (1 417 m) via l’aé­rienne arête des Frettes. Re­tour fur­tif à la « ci­vi­li­sa­tion » en tra­ver­sant la na­tio­nale juste sous le col des Mon­tets, au mo­ment pré­cis où – nou­veau ha­sard du ti­ming ! – passent les cou­reurs d’une autre course de l’UTMB, l’OCC, ou Or­cières-Champex-Chamonix : ex­ci­ta­tion pal­pable, foule co­lo­rée des ba­dauds, tra­fic au­to­mo­bile er­ra­tique et klaxons to­ni­truants…

VUE CINQ ÉTOILES

Vite, re­plon­ger de l’autre cô­té, ver­sant ai­guilles Rouges, pour une longue mon­tée sous le ca­gnard vers l’ai­guillette d’Ar­gen­tière, in­so­lite mo­no­lithe de gra­nite où des ap­pren­tis grim­peurs viennent faire leurs dents. Au-de­là, dé­marre un long pas­sage aé­rien, type ran­do du ver­tige, avec moult

Après dix jours pas­sés loin du monde, l’apo­théose s’étale en pa­no­ra­mique, de la Mer de Glace au mont Blanc

échelles et mains cou­rantes, per­met­tant au ran­don­neur de prendre très vite de l’al­ti­tude et, via le car­re­four de la Tête-aux-Vents, de ga­gner les jo­lis lacs vert et bleu des Ché­se­rys. Ces der­niers an­noncent un autre lac, la star des ai­guilles Rouges : le lac Blanc et son pa­no­ra­ma épous­tou­flant, ac­co­lé à son pe­tit re­fuge en bois. Vision de pa­ra­dis à 2 355 mètres : une ter­rasse à la vue cinq étoiles, des bai­gneurs d’al­ti­tude qui s’écla­boussent en riant, un jeune couple qui pose de­vant le mont Blanc en robe im­ma­cu­lée et smo­king pour ses pho­tos de ma­riage, le res­tau­rant du re­fuge sou­dain dé­ser­té au mo­ment du des­sert, lors­qu’une ri­bam­belle de jeunes bou­que­tins fa­cé­tieux font ir­rup­tion de­vant les fe­nêtres, pre­nant un ma­lin plaisir à ca­bo­ti­ner autour des ombres qui s’al­longent… Et, sur­tout, une pa­lette de re­flets ma­giques, à l’heure do­rée : le toutC­ha­mo­nix des ai­guilles et des som­mets d’ar­gent du mas­sif se re­trouve là, trans­cen­dé, trans­for­mé en or dans un miroir de­ve­nu eaux phi­lo­so­phales par la grâce de la lu­mière ves­pé­rale. In­con­tour­nable !

LE BALLET DES GRIM­PEURS

Der­nière étape presque à re­cu­lons, tant on ne sou­haite pas que le TMB s’ar­rête dé­jà, avec sa mois­son quo­ti­dienne de dé­cou­vertes et de sen­sa­tions fortes. Le che­min tra­verse la bor­dure orien­tale du mas­sif des ai­guilles Rouges, quit­tant la ré­serve naturelle juste avant le té­lé­phé­rique de la Flégère. De tous cô­tés, de l’In­dex aux ai­guilles Cro­chues, des grim­peurs sont ac­cro­chés dans des voies et le ballet de leurs évo­lu­tions des­sine une cho­ré­gra­phie fas­ci­nante. Nombre de ran­don­neurs, cé­dant à la fa­ci­li­té, at­trapent ici le té­lé­phé­rique et rentrent di­rec­te­ment à Chamonix, mais reste en­core une belle étape pour réel­le­ment bou­cler le TMB. Il faut conti­nuer en bal­con vers l’al­page de Char­la­noz, pas­ser les té­lé­ca­bines de Plan­praz, puis du Brévent (autres échap­pa­toires ten­tantes) et pour­suivre jus­qu’à Bel­la­chat, char­mant re­fuge-bel­vé­dère à 2 136 mètres, ac­cro­ché qua­si­ment face aux Trois Monts Blancs, une vision aus­si spec­ta­cu­laire que son voi­sin du lac Blanc mais net­te­ment moins cou­rue. Il suf­fit alors, l’ul­time jour, de pour­suivre en di­rec­tion du car­re­four de Mer­let. On peut ef­fec­tuer un pe­tit dé­tour par le parc ani­ma­lier épo­nyme, où sur le ter­ri­toire d’al­page d’une an­cienne ferme, on cô­toie cha­mois, bou­que­tins, mou­flons, mar­mottes, daims et biches, dans un cadre en­chan­teur (jo­lis cha­lets tra­di­tion­nels), face à l’ai­guille du Mi­di et aux gi­gan­tesques langues gla­ciaires de Ta­con­naz et des Bos­sons. Der­nier ar­rêt au Ch­rist-Roi, in­so­lite sta­tue géante de vingt-cinq mètres de hau­teur jaillis­sant de la fo­rêt près du Cou­peau. Ne reste alors plus qu’à se lais­ser glis­ser en sous-bois jus­qu’aux Houches. Ter­mi­nus !

Tan­dis que le so­leil file sous l’ho­ri­zon, on re­trouve la quié­tude des soi­rées à la table du re­fuge, à l’heure où s’em­brasent les som­mets

Sur les arêtes un peu aé­riennes de la Croix de Fer, à 2 343 m, l’ac­com­pa­gna­trice en montagne An­ja Sch­wartz, de l’agence Hap­py Trails, avec ses clientes bri­tan­niques.

De­puis le re­fuge du Lac Blanc, pa­no­ra­ma en tech­ni­co­lor sur l’en­fi­lade des ai­guilles de Chamonix et le mont Blanc en ma­jes­té.

Fa­mille de bouque ns dans la Ré­serve des ai­guilles Rouges.

Le groupe de choc et de charme des Ce­ra­mik Girls, trai­leuses pas­sion­nées et afi­cio­na­das du TMB, sur les échelles de l’ai­guille e d’Ar­gen ère.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.