LES AI­GUILLES ROUGES, UN MAS­SIF EN OR

Grands Reportages - - Dossier -

Splen­dide mas­sif, s’éten­dant sur 15 km pour 5 de large face au Mont­Blanc, les ai­guilles Rouges rent leur nom de leur teinte rouille, due à l’état d’oxy­da on du fer du gneiss, roche mé­ta­mor­phique qui le com­pose. Ce e bar­rière d’ai­guilles lan­cées vers le ciel reste une fron ère géo­lo­gique entre deux mondes : d’un cô­té de my­thiques som­mets gla­ciaires, aux pa­no­ra­mas su­per­la fs, à la fré­quen­ta on de masse ; de l'autre une montagne plus confi­den

elle, faite de hauts al­pages et de larges es­paces vierges, sou­vent pro­té­gés. Ses trois ré­serves na­tu­relles (du nord au sud : Ai­guilles Rouges, Val­lon de Bé­rard et Car­la­vey­ron), entre 1 100 m et presque 3 000 m (ai­guille du Bel­vé­dère à 2 965 m) forment un mer­veilleux sanc­tuaire pour la faune al­pine, mais aus­si un pa­ra­dis pour la ran­don­née en li­ber­té !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.