Les fajas, ou ran­dos du ver­tige !

Grands Reportages - - Sauvage Pyrénées -

Par cu­la­ri­té du canyon d’Ara­zas ? Les vires sus­pen­dues. Sur les pa­rois ver cales du canyon, à cause des différentes du­re­tés des couches ro­cheuses mises à nu par le mou­ve­ment de l’an­cien gla­cier, se sont ou­vertes plu­sieurs vires, pe tes cor­niches ho­ri­zon­tales ap­pe­lées fajas, perme ant de par­cou­rir et de sur­plom­ber la val­lée le long de sen ers étroits et ver gi­neux. La vire des Fleurs (Faja de las Flores), plus haute et ver gi­neuse, et celle de Racùn courent le long du flanc nord, celle de Pelay, sur le flanc sud.

Am­biance par cu­lière de la Faja de las Flores, ain­si nom­mée pour les in­nom­brables edel­weiss qui y poussent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.