DARJEELING UN THÉ AU BEURRE NOIR ?

DES TROUBLES SÉ­PA­RA­TISTES AGITENT L’AN­CIENNE STA­TION CLI­MA­TIQUE BRI­TAN­NIQUE HIMALAYENNE. LA PRO­DUC­TION DU PLUS CÉ­LÈBRE THÉ AU MONDE SE­RA QUA­SI INEXISTANTE EN 2017 ET LA FRÉ­QUEN­TA­TION TOU­RIS­TIQUE EST EN BERNE.

Grands Reportages - - Le Mag/ - AN­THO­NY NICOLAZZI

De­puis juin, la ré­gion in­dienne de Darjeeling est en proie à des troubles entre les sé­pa­ra­tistes Gor­khas, une eth­nie d’ori­gine né­pa­laise, et le pou­voir cen­tral in­dien de la pro­vince du Ben­gale oc­ci­den­tal. Plu­sieurs vic­times sont à dé­plo­rer après des ma­ni­fes­ta­tions vio­lente mi-juin, mais aus­si des in­cen­dies et ex­plo­sions de bombes ar­ti­sa­nales du­rant l’été. En cause, la re­ven­di­ca­tion, de­puis plu­sieurs dé­cen­nies, par le par­ti du Gor­kha Jan­muk­ti Mor­cha (GJM) d’un État sé­pa­ré du Ben­gale oc­ci­den­tal. Pas à pro­pre­ment par­ler une vi­sée sé­pa­ra­tiste, donc, puisque cet État bap­ti­sé Gor­kha­land res­te­rait au sein de la fé­dé­ra­tion in­dienne, mais une meilleure re­con­nais­sance des par­ti­cu­la­ri­tés eth­niques et géo­gra­phiques de cette zone si­tuée sur les pre­miers pié­monts hi­ma­layens. Éco­no­mi­que­ment, le dis­trict peut comp­ter sur la pro­duc­tion de thé (ce­lui de Darjeeling est con­si­dé­ré comme le roi des thés) et sur le tou­risme, avec no­tam­ment l’em­blé­ma­tique che­min de fer hi­ma­layen (le fa­meux toy train), ins­crit au pa­tri­moine mon­dial de l’Unes­co. Deux sym­boles aux­quels s’est at­ta­quée la fronde de cet été, avec une grève qui a pa­ra­ly­sé les plan­ta­tions de thé (on s’at­tend à une hausse spec­ta­cu­laire des prix…) et une baisse du tou­risme consé­cu­tive aux troubles dans la ci­té. Après avoir long­temps tar­dé à prendre au sé­rieux la si­tua­tion, Ma­ma­ta Ba­ner­jee, mi­nistre en chef de la pro­vince, a convo­qué fin août les par­tis ne pré­sence à un dia­logue, tout en ex­cluant toute par­ti­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.