L’AC­CÉ­LÉ­RA­TEUR D’EN­TRE­PRISES CEN­TRÉ SUR LES NOU­VELLES MO­BI­LI­TÉS

En­tre­tien avec YANN MARTEIL Di­rec­teur gé­né­ral de Via-ID

Green Innovation - - Mobilités Transports & Durables -

pré­sen­ter Via-ID ? Yann Marteil. Dès 2010, Mo­bi­via Groupe a pris conscience des en­jeux liés aux nou­velles mo­bi­li­tés. Via-ID a été créé dans une lo­gique ex­plo­ra­toire et d’ap­pren­tis­sage pour à la fois créer des en­tre­prises, in­ves­tir, en mi­no­ri­taire, dans des star­tup et com­prendre les ten­dances lourdes en mou­ve­ment. En 2015, Via-ID a ren­for­cé ses moyens hu­mains et ses in­ves­tis­se­ments, sous le sup­port Groupe, pour qu’à cô­té des ac­ti­vi­tés his­to­riques de Mo­bi­via Groupe, Via-ID porte ces nou­velles mo­bi­li­tés avec une am­bi­tion mar­quée et de long terme. 2015 a été une an­née char­nière. Via-ID a re­dé­fi­ni son iden­ti­té et ses ter­ri­toires. Nous sommes un ac­cé­lé­ra­teur d’en­tre­prises cen­tré sur les nou­velles mo­bi­li­tés, en sy­ner­gie avec Mo­bi­via Groupe. Nous sommes aux cô­tés des start-up pour les ai­der à de­ve­nir des lea­ders in­ter­na­tio­naux. Pour y par­ve­nir, nous af­fir­mons nos po­si­tions sur trois su­jets prio­ri­taires : les vé­hi­cules connec­tés, les vé­hi­cules par­ta­gés et la mo­bi­li­té ur­baine au sens large. En­fin, nous avons trans­for­mé notre por­te­feuille en re­dy­na­mi­sant cer­taines start-up et en pre­nant de nou­velles par­ti­ci­pa­tions. Green In­no­va­tion. Dès 2010, Mo­bi­via Groupe, à tra­vers Via-ID, a créé Al­ter­move, un concept de bou­tique en­tiè­re­ment consa­crée au dé­pla­ce­ment ur­bain. Six ans après, où en êtes-vous ? Yann Marteil. À l’ori­gine, le concept, sans doute trop pré­cur­seur, com­por­tait des ma­ga­sins de grande taille, avec une offre d’élec­tro­mo­bi­li­té ex­haus­tive, y com­pris voi­ture et scoo­ter, avec beau­coup de ser­vices. Al­ter­move, qui s’est de­puis ré­orien­té sur des bou­tiques de pe­tite taille en centre-ville, compte main­te­nant six bou­tiques en France et se dé­ve­loppe très vite. Notre sa­voir-faire est axé sur la vente de ma­té­riel de mo­bi­li­té ur­baine élec­trique (vé­los pliants, trot­ti­nettes) et le conseil. La bou­tique phy­sique reste pri­mor­diale, car le vé­lo élec­trique est un achat ré­flé­chi et oné­reux qui se doit d’être ac­com­pa­gné de con­seils et ser­vices (comme l’en­tre­tien). Elle trouve sa pleine force avec le Web qui fa­ci­lite le par­cours client (ache­ter sur le Web, se faire li­vrer en ma­ga­sin…) et sur le­quel Al­ter­move est très ac­tif. Notre ob­jec­tif est de conti­nuer à dé­ve­lop­per notre ac­ti­vi­té au­près des par­ti­cu­liers comme en B to B et d’avoir ra­pi­de­ment une di­zaine de ma­ga­sins. Notre vo­lon­té est de faire d’Al­ter­move le lea­der fran­çais sur les nou­velles mo­bi­li­tés ur­baines, avant de dé­ve­lop­per le concept à l’in­ter­na­tio­nal. Green In­no­va­tion. Par­mi les mo­bi­li­tés nou­velles, Via-ID fa­vo­rise no­tam­ment l’élec­tro­mo­bi­li­té. Quelles sont les start-up par­ti­cu­liè­re­ment concer­nées et quelles so­lu­tions pro­posent-elles ? Yann Marteil. Dans ce do­maine spé­ci­fique, nous ac­com­pa­gnons Green On, une pe­tite so­cié­té qui pro­pose des so­lu­tions de vé­lo-mo­bi­li­té, no­tam­ment élec­trique. Green On est tour­née vers les col­lec­ti­vi­tés ou les en­tre­prises ayant des cam­pus ou des sur­faces im­por­tantes. Jus­qu’à 50 vé­los peuvent être im­plan­tés avec des so­lu­tions de sta­tions et re­charges très in­no­vantes (so­laires…). Nous ac­com­pa­gnons éga­le­ment Smoove, un des lea­ders mon­diaux du vé­lo par­ta­gé, élec­trique en par­ti­cu­lier, qui, bien qu’il soit en­core peu connu, rem­porte avec brio des ap­pels d’offres, comme ré­cem­ment Hel­sin­ki et Van­cou­ver. Green In­no­va­tion. Avec le re­cul, et compte te­nu la po­si­tion pri­vi­lé­giée de Via-ID, ob­ser­vez-vous une ten­dance de fond dans la mo­bi­li­té ? Yann Marteil. Deux en réa­li­té. J’ai ac­quis la convic­tion que les com­por­te­ments de mo­bi­li­té sont réel­le­ment en train de chan­ger ou ont dé­jà chan­gé, d’abord en rai­son d’une prise de conscience en­vi­ron­ne­men­tale de la part des usa­gers, et en­suite parce que les offres sont là. Les prix ont bais­sé, la qua­li­té des pro­duits est re­mar­quable, tout comme la sé­cu­ri­té. Ma deuxième im­pres­sion est que les grands ac­teurs en ont pris conscience. Les villes, dans leurs plans de dé­ve­lop­pe­ment ur­bain, ont par­fai­te­ment in­té­gré le fait que les vé­los, no­tam­ment, ont leur place, qu’il faut fa­vo­ri­ser les mo­bi­li­tés douces… Elles n’hé­sitent plus à dis­cri­mi­ner les vé­hi­cules se­lon qu’ils sont élec­triques ou non. De sur­croît, les grands ac­teurs du tran­sport s’in­ves­tissent afin, comme la RATP, de pro­po­ser – comme c’est le cas en par­te­na­riat avec Al­ter­move ce prin­temps –, grâce aux vé­los pliants et/ou élec­triques, une so­lu­tion aux usa­gers entre leur do­mi­cile et leur tran­sport en com­mun.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.