LE BUS ÉLEC­TRIQUE, UNE SO­LU­TION D’AVE­NIR

Green Innovation - - Mobilités Transports & Durables -

Les tran­sports en com­mun uti­lisent de­puis plus d’un siècle l’élec­tri­ci­té pour dé­pla­cer les pas­sa­gers. Pour s’en convaincre, il suf­fit de pen­ser aux mé­tros (1900 en France), aux tram­ways (dont la pré­sence était beau­coup plus si­gni­fi­ca­tive avant la Se­conde Guerre mon­diale), aux trol­leys, ou même aux té­lé­phé­riques – qui re­viennent sur le de­vant de la scène comme so­lu­tion de mo­bi­li­té –, et bien en­ten­du aux trains.

Si la mas­si­fi­ca­tion de l’au­to­mo­bile in­di­vi­duelle à par­tir des an­nées 1960 a ré­duit le re­cours à l’élec­tri­ci­té dans les tran­sports en com­mun, celle-ci re­vient dé­sor­mais en force, s’im­po­sant de plus en plus comme un moyen per­met­tant non seule­ment de re­le­ver les dé­fis des tran­sports en com­mun ur­bains (ponc­tua­li­té, flui­di­té, ca­pa­ci­té de tran­sport), mais aus­si de li­mi­ter la pol­lu­tion de l’air, res­pon­sable de mil­lions de morts chaque an­née, par­ti­cu­liè­re­ment dans les en­vi­ron­ne­ments ur­bains, et qui coû­te­rait près de 100 mil­liards d’eu­ros par an pour la seule France. Le tout sans comp­ter la contri­bu­tion des mo­teurs ther­miques aux émis­sions de gaz à ef­fet de serre et donc au ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. Dans ce contexte, le bus élec­trique ap­pa­raît comme une so­lu­tion en plein dé­ve­lop­pe­ment, ca­pable de se sub­sti­tuer aux flottes ther­miques ac­tuelles, no­tam­ment grâce aux pro­grès des in­fra­struc­tures de re­charge. Une étude de l’IDTe­chEx consi­dère ain­si que le mar­ché des bus hy­brides ou élec­triques re­pré­sen­te­ra 100 mil­liards de dol­lars d’ici à 2025, de quoi at­ti­ser l’in­té­rêt des in­ves­tis­seurs et des en­tre­prises et per­mettre de ga­ran­tir une offre qui sa­tis­fe­ra des be­soins de plus en plus ré­flé­chis. DES VILLES TOU­JOURS PLUS NOM­BREUSES À FRAN­CHIR LE PAS En France, les col­lec­ti­vi­tés ne sont pas in­ac­tives sur l’élec­tri­fi­ca­tion des tran­sports en com­mun. On pense na­tu­rel­le­ment au tram­way, dont le dé­ve­lop­pe­ment se pour­suit, et dans des ag­glo­mé­ra­tions de moins en moins grandes, mais c’est d’abord le bus élec­trique, nou­veau ve­nu, qui at­tire l’at­ten­tion. En ef­fet, ceux-ci se dé­ve­loppent à grande vi­tesse pour rem­pla­cer des bus fonc­tion­nant trop sou­vent au die­sel. Dans le Sud-Ouest, par exemple, de nom­breuses mu­ni­ci­pa­li­tés se conver­tissent à cette op­tion, à l’image de Pau, Bayonne, Bor­deaux ou Tou­louse. Pau a ain­si adop­té en 2015 pour son centre-ville les nou­veaux Blue­bus du groupe Bol­lo­ré qui équipent dé­jà plu­sieurs villes fran­çaises. Sur­tout, c’est la ré­gion Île-de-France, et Pa­ris en tête, compte te­nu de l’am­pleur de son parc de vé­hi­cules, qui sym­bo­lise peu­têtre le mieux cette im­plan­ta­tion pro­gres­sive des bus élec­triques. Ain­si, la RATP a confir­mé sa vo­lon­té d’in­ves­tir mas­si­ve­ment dans les bus élec­triques, no­tam­ment pour re­don­ner au bus une image de tran­sport propre qui lui fait sou­vent dé­faut. De fait, à l’ho­ri­zon 2025, la RATP a pour ob­jec­tif que 80 % de ses bus fonc­tionnent à l’élec­tri­ci­té. Pour ce­la, elle de­vrait lan­cer en 2017 un ap­pel d’offres sans pré­cé­dent en France puisque 3 600 bus se­ront concer­nés par le re­nou­vel­le­ment d’ici à 2025. Pour se pré­pa­rer et choi­sir au mieux, la ré­gie teste ac­tuel­le­ment sur son ré­seau les dif­fé­rents bus élec­triques dis­po­nibles sur le mar­ché. D’autres pays eu­ro­péens, à l’image du Royaume-Uni, ont re­te­nu la so­lu­tion re­pré­sen­tée par les bus élec­triques. La ville de Londres a ain­si re­çu son pre­mier bus élec­trique à double étage en mars 2016. Ex­ploi­té par Me­tro­line pour le compte de TFL, il se re­charge en quatre heures sur une borne de charge ra­pide ins­tal­lée dans un dé­pôt de bus. L’ex­ploi­tant de­vrait re­ce­voir à terme 51 de ces bus, cha­cun étant do­té d’une au­to­no­mie maxi­male de 300 km. En 2014, la ville de Londres, qui a de grandes am­bi­tions pour la mo­bi­li­té élec­trique, avait dé­jà re­çu ses pre­miers bus élec­triques, sans étage, dans un but d’éva­lua­tion. LES PRO­MESSES DU « BIBERONNAGE » Le « biberonnage » est une so­lu­tion mise en avant pour per­mettre aux flottes de bus élec­triques de pal­lier leur manque d’au­to­no­mie et les longs ar­rêts né­ces­saires pour les re­char­ger com­plè­te­ment. Ce sys­tème per­met éga­le­ment de ga­gner une place pré­cieuse en ré­dui­sant la taille des bat­te­ries et en ga­ran­tis­sant ain­si un es­pace plus im­por­tant pour les pas­sa­gers. En­fin, en per­met­tant à des bus de se re­char­ger par­tiel­le­ment à in­ter­valles ré­gu­liers, no­tam­ment lors des ar­rêts pour la mon­tée et la des­cente des pas­sa­gers, le « biberonnage » s’an­nonce comme une

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.