RE­FO­REST’AC­TION UN MO­DÈLE UNIQUE DE RE­FO­RES­TA­TION PAR­TI­CI­PA­TIVE

En­tre­tien avec STÉ­PHANE HALLAIRE Pré­sident et fon­da­teur de Re­fo­rest’Ac­tion

Green Innovation - - Responsabilité Sociale Des Entreprises -

Green In­no­va­tion. Comment êtes-vous par­ve­nu jus­qu’à cette idée de créer une en­tre­prise ba­sée sur la re­fo­res­ta­tion ? Sté­phane Hallaire. Je suis in­gé­nieur de for­ma­tion, is­su de l’École cen­trale. Et j’ai com­men­cé ma car­rière en qua­li­té de conseiller en or­ga­ni­sa­tion pour de grands groupes en France, au Royaume-Uni… De fil en ai­guille, je me suis in­ter­ro­gé sur le sens de la fi­na­li­té de mon in­ves­tis­se­ment pro­fes­sion­nel. J’ai tou­jours eu ce cô­té en­tre­pre­neu­rial ; j’ai vou­lu dé­ve­lop­per une offre concrète et per­ti­nente pour les en­tre­prises, sur le thème de l’en­vi­ron­ne­ment et du dé­ve­lop­pe­ment so­cial. En pa­ral­lèle de mon ac­ti­vi­té sa­la­riée, j’ai créé une struc­ture pour tes­ter des offres au­près d’en­tre­prises. Ce­la m’a ame­né à dé­ve­lop­per trois types de ser­vices orien­tés vers l’hu­ma­ni­taire, la com­pen­sa­tion car­bone et la re­fo­res­ta­tion. En­suite, de 2007 à 2010, je suis al­lé dé­mar­cher des so­cié­tés pour connaître leurs ap­pé­tences sur ces su­jets-là… Green In­no­va­tion. Puis, vous avez fon­dé votre so­cié­té, bap­ti­sée Re­fo­rest’Ac­tion… Sté­phane Hallaire. En 2010, j’ai dé­ci­dé de me consa­crer plei­ne­ment à cette ac­ti­vi­té de re­fo­res­ta­tion. Plan­ter un arbre est consen­suel. Cette ac­tion porte des va­leurs fortes à la fois de vie et de construc­tion dans la durée. Ce­la im­plique, aus­si, des re­la­tions de confiance. L’arbre est un su­jet ex­trê­me­ment évo­ca­teur au sein de l’en­tre­prise ! Afin de me consa­crer à temps plein à cette ac­ti­vi­té, j’ai dé­ci­dé de créer une en­tre­prise à vo­ca­tion so­ciale, et de le­ver des fonds au­près de bu­si­ness an­gels. En­suite, je me suis lan­cé plei­ne­ment dans cette aven­ture. 2010, c’est aus­si l’an­née de la créa­tion du site de Re­fo­rest’Ac­tion. Ce site re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment très lourd, il est unique au monde. Et son socle est so­lide. J’y ai ré­fé­ren­cé un cer­tain nombre de pro­jets de re­fo­res­ta­tion : d’abord au Sé­né­gal puis au Pé­rou, en Inde, en Haï­ti et aus­si en France. Green In­no­va­tion. Quelle a été votre dé­marche ini­tiale afin de choi­sir les pro­jets que vous sou­hai­tiez sou­te­nir ? Sté­phane Hallaire. En pre­mier lieu, je suis al­lé au Sé­né­gal dé­cou­vrir un pro­jet de re­fo­res­ta­tion. Et cette ex­pé­rience a été un tour­nant dans ma vie… Puis, je me suis ren­du dans des lieux tou­chés par la dé­fo­res­ta­tion. J’ai pu ap­pré­cier des pro­jets de qua­li­té quant à leurs re­tom­bées en­vi­ron­ne­men­tales et so­ciales… Chaque arbre plan­té per­met d’amé­lio­rer les condi­tions de vie de po­pu­la­tions en­tières ! Cet axe cen­tral est la co­lonne ver­té­brale de Re­fo­rest’Ac­tion. Green In­no­va­tion. De grands groupes vous ont fait confiance au dé­part… Sté­phane Hallaire. Nos pre­miers par­te­naires d’en­ver­gure ont été le Cré­dit agri­cole et Al­lianz ! Ils nous ont ac­com­pa­gnés sur un pro­jet au Sé­né­gal puis nous les avons ame­nés sur d’autres pro­jets dans dif­fé­rents pays… En­suite, nous avons dé­ve­lop­pé cette offre en l’adap­tant à une at­tente forte de nos par­te­naires : celle d’agir lo­ca­le­ment, c’est-à-dire au plus près de chez soi. Green In­no­va­tion. Pour­quoi avez-vous dé­ve­lop­pé vos ac­tions en France ? Sté­phane Hallaire. Nous nous sommes in­té­res­sés à la fo­rêt fran­çaise en iden­ti­fiant un cer­tain nombre de pro­blèmes. On a sou­vent l’im­pres­sion que cette fo­rêt se porte bien… Pour­tant, au­jourd’hui, elle fait face à de nou­veaux aléas, comme ce­lui du

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.